Notes Magiques

Réflexions sur le chemin

Vers le degrè 3

Nous y voilà. Après de long mois passés sur les degré 1 et 2, j'ai décidé d'avancer au degré 3.
Je ne pense pas avoir atteint le parfait équilibre élémental. Je sais je ne respecte pas ce qui est demandé par M.Bardon.

Par contre, à la différence de mes précédentes tentatives, j'ai pratiqué. J'ai persévéré. Je n'ai pas lâché quand je n'arrivais pas à visualiser pendant plus de 30 secondes. Je n'ai pas baissé les bras pendant plusieurs mois sur les mêmes exercices et je dois dire qu'il faut savoir reconnaitre ses torts mais aussi ses réussites.

Le degré 2 est long. La progression est lente mais bien présente pour celui/celle qui s'y affaire. J'ai maintenu un certain niveau de régularité en m'entrainant quasiment tous les jours entre 45 minutes et 1h. Auquel s'ajoute un temps de méditation Zen.

Mais je dois dire que ça en valait la peine.

Si j'avais pu aborder le degré 2 avec l'expérience acquise aujourd'hui je me serais conseillé de chercher à m'amuser au maximum. Je crois que la réussite de ce degré ne peut passer que par le jeu. Avec le jeu, la lassitude est maintenu à l'écart.

Un autre conseil, serait de bien vivre la magie au quotidien. Il faut que tout s'imprègne au quotidien de magie. L'eau, la nourriture, l'atmosphère, l'air etc etc.
La prise de conscience des éléments naturels. Le vent qui souffle, le bruit de la pluie, la sensation du sol au travers de nos chaussures, et la chaleur du soleil sur la peau.
Ce sont des choses simples, et qui pourtant nous nourrissent gratuitement chaque jour. C'est pour moi essentiel.

Ceci est bien entendu lié à l'exercice du degré 1 concernant la pleine conscience. Je crois que plus on y est attentif, plus la connexion avec les éléments pourra s'établir. C'est aussi une façon d'apprendre à mieux connaitre la Divine Providence au travers de ses manifestations physiques.

Sommaire

Pour faciliter la lecture de mon journal, je regroupe ici les articles dédiés à l'entrainement.

Degré 1

Entrainement du plan mental

Entrainement du plan astral

Entrainement du plan physique


Degré 2

Entrainement du plan mental

Entrainement du plan astral

Entrainement du plan physique

Source d'eau chaude

Retrouver l'adepte qui est en nous
👉 http://hermeticscience.de/the-concept-of-the-adepthood-in-hermetics-first-thoughts/

Différence entre zen / tantrisme japonais / bouddhisme historique
👉 http://www.zen-occidental.net/quoi/zen-tantrisme.html

Knowledge and conversation (podcasts)
👉 https://www.buzzsprout.com/680819

La vigilance du Samouraï

"Une autre chose sur laquelle O-Sensei insistait toujours était l'attention et la nécessité de ne jamais laisser la moindre ouver­ture à l'adversaire. C'est ainsi que vivaient les samouraïs de l'an­cien temps. On nous enseignait à maintenir une attitude menta­le qui nous permettait de faire face à n'importe quel ennemi, où qu'il puisse apparaître. C'est ainsi que Ueshiba Sensei se com­ portait pendant sa vie de tous les jours. Par exemple, en mar­chant dans un couloir quelqu'un pouvait surgir de n'importe quelle direction. Vous n'aviez pas le droit d'être inattentif. Même en parlant au téléphone, quelqu'un pouvait vous prendre à revers et vous deviez avoir des yeux derrière la tête pour ne pas vous trouver dans une posture dangereuse.

[…]

Etre conscient de tous les aspects de la vie quotidienne faisait partie de l'enseignement du Maître. Il était toujours en éveil et mettait en pratique ses propres conseils. Par exemple, si un insecte se posait sur une porte à glissière du shoji dans le noir absolu pendant qu'il dormait, il lui arrivait de dire : "Il y a un insecte sur tel ou tel panneau, fais-le partir!" Nous n'arrivions pas à comprendre comment une personne qui dormait pouvait connaître exactement la position d'un insecte dans une pièce. Même pendant son sommeil, je pense qu'une partie de lui-même restait vigilante. C'était incroyable. Les samouraïs de l'ancien temps devaient avoir des capacités semblables."

LES MAÎTRES D'AÏKIDO: PÉRIODE D'AVANT-GUERRE, p146

Degré 2 - Plan physique

21 juin 2022
L'entrainement du plan physique se compose de la respiration consciente par les pores de la peau. J'ai mis du temps à comprendre comment pratiquer cet exercice. Actuellement, c'est encore une pratique qui n'est pas figée.

Au début de mon entrainement à ce degré, j'ai pris le temps de sentir l'énergie vitale entrer et sortir. La sensation que je ressens est celle d'une éponge qui absorbe de l'eau et qui l'a relâche. Lorsque j'inspire, je ressens comme une force qui se manifeste dans mon corps sous la sensation d'une légère compression sur mes bras, mes jambes, etc. Généralement j'imagine que l'énergie entre latéralement de chaque côté de mon corps. Il m'arrive de changer, et de sentir l'énergie entrer par la face avant ou la face arrière du corps. J'essaie également de garder à l'esprit que l'air et l'énergie vitale entrent par le nez.
Pour l'expiration, je ressens comme un relâchement de cette tension qui s'était créée à l'inspiration.

Je distingue actuellement deux façon de pratiquer cet exercice. La première repose sur une respiration consciemment contrôlée. Il faut prendre le terme de "contrôlé" avec des pincettes. Cela ne signifie pas que je suis concentré à 100% sur ma respiration, mais cela signifie que je décide du moment où l'inspiration débute et où elle se termine, de même pour l'expiration. D'où l'emploi du terme contrôlé. Le but reste de maintenir une respiration légère, non saccadée, et qui conserve le même rythme. Dans cette pratique, je me sens pleinement en contrôle des sensations que provoquent la respiration cutanée consciente.

La seconde façon de pratiquer cette exercice est plus délicate à mettre en pratique. Elle consiste à contempler la respiration, comme on pourrait le faire pendant la pratique de Zazen ou autre méditation sur le souffle, sans jamais interférer. Rester simplement observateur. Et à cette observation sans contrôle, j'ajoute la pensée, où la conscience de l'élément que je souhaite absorber ou relâcher. Ainsi lorsque mon corps inspire, et que je le ressens pénétrer mon corps par les pores de ma peau, je SAIS que l'énergie vitale entre en moi en même temps. De même lors de l'expiration, lorsque je ressens la pression de l'énergie vitale se relâcher, je SAIS que je relâche l'énergie vitale hors du corps.

Selon moi, la seconde pratique est celle vers laquelle il faut tendre. Elle est entièrement naturelle. On vient simplement imprimer dans l'Akâsha de l'air une pensée à absorber ou à relâcher. Sans intervenir dans la respiration en elle même. La difficulté avec cette seconde pratique, est que je perds parfois les sensations cutanées évoquées plus haut.

Edit au 04 octobre 2022
Il n'est pas simple de ressentir avec précision l'absorption par les pores de la peau de l'énergie vitale. Récemment, j'ai découvert le NEW (New Energy Way) enseigné par Robert Bruce dans son livre "Mastering Astral Projection". Toute la première partie du livre est consacré à l'entrainement progressif du ressenti énergétique. Il enseigne comment placer sa conscience dans une partie du corps pour en ressentir et activer l'énergie présente. J'ai pratiqué et pratique encore le NEW car il me permet de développer une conscience plus fine de chaque partie de mon corps. Il permet aussi de débloquer les zones énergétiques coincées. Par cet entrainement, il est plus facile de pratiquer par la suite l'exercice du pore breathing, car on a déjà développé la conscience du corps et la sensation de l'énergie.

Au moins 5 ans

s8-e11-work-thyself-rawn-clark

Degré 2 - Plan astral

26 mai 2022
Au second degré, M.Bardon aborde le travail de transmutation du caractère. Pour rappel, les premiers outils ont été donné au premier degré à savoir : la respiration magique ou consciente, l'alimentation magique (nourriture / boisson), et la magie de l'eau.

Il complète ces outils par l'autosuggestion, la transmutation des défauts par sa qualité opposée, et par l'utilisation de la vigilance et de la volonté.

Il précise que l'objectif de ce degré est d'atteindre l'équilibre élémental.

Transmutation d'un trait de caractère

Pour atteindre cet équilibre des forces en nous, il faut avoir terminé son miroir magique. De mon côté, j'ai atteint il y a quelques semaines les 100 traits pour mon miroir noir. Et je n'ai pas encore dépassé les 100 pour mon miroir blanc.

La centaine de traits à corriger me paraissait être une montagne à gravir. Alors que j'étais en train d'y réfléchir une idée m'a été offerte. 🙏 Idée que quelques jours plus tard, je lisais dans le livre de Virgil : The Elemental Equilibrium. Si vous ne l'avez pas lu, je peux vous confirmer qu'il vous ouvrira de grandes portes pour accélérer votre progression et vous mettra sur la bonne voie.

Cette idée a été de regrouper les traits en plusieurs grandes familles de défauts. Par exemple, ma première famille est regroupée sous le trait de caractère de l'égoïsme. J'utilise en qualité positive opposée le don de soi.

L'égoïsme est à la racine de beaucoup de mes mauvais traits. Je vais prendre deux exemples pour illustrer mon propos :

J'ai tendance à m'énerver facilement. Pourquoi je m'énerve ? Dans quelle situation cela m'arrive t-il ? C'est ce type de questions qui m'ont permis de mieux comprendre ma colère ou mon énervement. Et la réponse fût simple, je me mets en colère ou je m'énerve à chaque fois qu'un imprévu m'empêche de faire ce que j'avais décidé de faire pour moi. Intérieurement, je me faisais passer en premier. Même si extérieurement, ce n'était pas le cas. Je rendais service. Mais intérieurement, la colère était générée. Si j'accepte qu'à cet instant précis, je vais rendre service à quelqu'un, au lieu de m'occuper de ma petite personne, il n'y a plus de colère, plus d'énervement.

J'ai aussi tendance à être dépensier. Dépensier pour ma petite personne. Et souvent pour mon évolution spirituelle. Mesquin n'est-ce pas ? Je dépense, oui mais c'est pour une bonne cause. Ici, il est clair que je me mentais à moi même. La sur-consommation de livres ésotériques, reste une forme de boulimie. Un autre trait qui peut se catégoriser aussi sous cette famille de l'égoïsme. Donc je dépensais souvent trop d'argent pour mon évolution spirituelle au lieu de penser à mon enfant et à ce qui pourrait lui faire plaisir en priorité.

...

Grâce à cette méthode, je suis passé de 100 traits à environ une dizaine de "grandes familles" de traits. Voilà qui est rassurant et enthousiasmant !

Après bientôt un mois de pratique appliquée quotidiennement, je peux affirmer que ça fonctionne. Je continu de transmuter mon égoïsme par le don de soi à l'aide des technique magiques enseignées par M.Bardon. Et il y a un vrai changement. Intérieurement, je ne ressens plus d'énervement quand je n'ai pas le temps de lire un livre que je souhaitais absolument lire, simplement parce que la journée se déroule d'une manière imprévue, ou que des tâches auxquelles je n'avais pas pensé se présentent. J'accepte extérieurement et intérieurement d'agir pour l'autre avant tout.

C'est d'ailleurs je crois une qualité indispensable à développer. Au delà du fait que chez moi c'est un trait que je veux absolument éliminer définitivement, je pense que c'est une qualité que tout magicien doit développer. Se mettre au service de l'autre, et de la volonté de la Divine Providence me semble être un pré-requis pour pouvoir avancer sur le chemin de l'initiation.

De l'usage des techniques magiques

La magie de l'eau
J'applique au quotidien la magie de l'eau. Je me lave de l'égoïsme. Chaque fois que je prends une douche, la première partie de ma douche est dédiée au lavage physique, avec de l'eau chaude. La seconde partie de ma douche est dédiée à la magie de l'eau. Ma technique consiste à être 100% convaincu que par le magnétisme de l'eau, le trait de caractère que je souhaite éliminé est emporté par l'eau qui se déverse sur moi. Je n'utilise plus de visualisation. Car comme l'indique Virgil dans son livre The Elemental Equilibrium, la visualisation dans cet acte magique vient juste renforcé psychologiquement l'acte. Mais elle n'est pas indispensable. J'utilise de l'eau tiède, et j'essaie progressivement de diminuer la température. L'idée étant de conserver une température supportable pour ne pas interféré avec la concentration.

C'est encore un exercice où je ne suis pas 100% à l'aise. Il n'est pas toujours facile d'être sûr que l'on est 100% convaincu de ce que l'on est en train de faire. Il y a un vrai travail pour moi à faire la dessus.

Parfois je l'utilise lors des lavages de mains, mais je ne pratiques pas à tous les coups.

L'alimentation magique

The principle behind them is the fact that the Akasha, which is a natural part of all substance, attracts and captures thoughts and ideas, especially intentionnally projected thoughts and ideas. So the technique simply takes advantage of this natural process by turning it into an intentional, conscious act. - Rawn Clark, A Bardon Companion p18 (second edition)

L'alimentation magique est pour moi l'exercice le plus naturel. Avant de manger ou de boire, je regarde l'aliment ou la boisson et "je sais" que cet aliment n'est plus ce qu'il est habituellement, mais "qu'il est" le trait positif de caractère que je souhaite transmuter. De même pour la boisson. Je regarde mon verre et "je sais" que ce n'est plus de l'eau mais du "don de soi" que je m'apprête à absorber.

Lorsque j'absorbe ce trait, je conçois au fond de moi que ce trait me pénètre jusqu'au plus profond de mon être. Au travers de toutes les couches énergétiques qui me composent.

La respiration magique
Cette technique est pour moi la moins évidente à l'heure actuelle. J'ai commencé par m'entrainer simplement à ressentir l'air entrer et sortir par les pores de ma peau. Je pratiquais durant 10 minutes une à deux fois par jour. Cependant, cette pratique actionne la respiration consciente, et contrôlée chez moi. Or, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de contrôler le rythme de sa respiration, mais bien de simplement ressentir, et mentalement être conscient de la qualité qui entre et qui sort.

J'ai encore du travail à faire avant de pouvoir me sentir à l'aise sur cette technique.

L'autosuggestion
Je ne suis pas le plus assidu sur cette technique. J'ai tendance à oublier de l'utiliser avant de m'endormir ou au réveil. Et je lui préfère la prière. Même si les deux n'ont pas le même rôle, ni la même action, lorsque je répète une prière une centaine de fois, je pense qu'il y a également une action sur mon subconscient. Peut être est-ce une question de forme ? Néanmoins, le plus d'outils on utilise au quotidien, le plus vite la progression sera au rendez-vous.

Volonté et vigilance
J'essaie autant que possible de rester conscient au quotidien. De rester "éveillé". D'être présent au quotidien, dans les actes et les paroles. Dans ma façon de me tenir, ou de réagir aux situations qui se présentent. C'est clairement un challenge incessant et qui n'est pas simple à maintenir. Mais je sais qu'il est une clé de voute à l'initiation. Et que je ne dois pas la négliger. Plus la conscience de l'instant présent s'ouvre plus on est à même de changer. Pour moi, cela se matérialise par la prise de conscience de ma posture. Au bureau, est-ce que je suis assis correctement. Ou lorsque je marche, est-ce que j'ai conscience des mouvements que j'effectue, ou du vent qui souffle. De mon regard qui se porte sur tel ou tel chose. Etc...

Degré 2 - Plan mental

13 mai 2022
Le second degré est le prolongement du premier degré. Je suis l'entrainement tel qu'il est prescrit par M.Bardon.

Entrainement de la visualisation

C'est pour moi le premier mur que je dois dépasser. Lors de mes précédentes tentatives, je me rappel avoir accepté de passer au degré suivant, ou même d'avoir entrainé plusieurs sens en simultané. Aujourd'hui, mon approche est différente, je ne ferai pas de concession. Même si mon égo est lassé et tente de négocier, je compte m'entrainer dur.

Je garde la même trame dans mon journal. Cependant, j'ai décidé de ne pas copier sur ce site la totalité de mes entrées comme je l'avais fait pour le degré 1. Après réflexion, je pense que ça desservirait une personne qui souhaite se lancer sur ce parcours. L'idée étant d'éviter de chercher à se comparer. L'évolution spirituelle et l'investissement nécessaire pour suivre le chemin de l'initiation, peuvent varier grandement d'une personne à l'autre. Il y a bien trop de facteurs à prendre en compte qui vont au delà du seul temps passer à s'entrainer. Chacun a sa façon de s'entrainer, ses capacités, son karma, son taux d'investissement, son environnement, et tant d'autres facteurs que je ne saurai lister.

Voici la trame que j'utilise actuellement :
29.04.22 - crayon / chargeur - 10x 1min - APM
01.05.22 - fourchette / couteau - 10x 1min - Matin - 3/10
01.05.22 - fourchette / couteau / cuillère - 10x 1min - APM - 2/10
02.05.22 - fourchette / couteau / cuillère - 10x 1min - APM - 3/10
03.05.22 - crayon / bougie / statuette de femme - matin - 3/10
03.05.22 - crayon / bougie / statuette de femme - matin - 3/10
04.05.22 - différents panneaux metro - matin - 2/10
05.05.22 - crayon / bougie / couteau - APM - 2/10
06.05.22 - crayon / statuette - soir - 2/10
07.05.22 - couteau / cuillère / portable - matin - 2,5/10 - 12x 1min
08.05.22 - pots de peinture vert / bleu / œufs - 2/10 - 15 x 1min
09.05.22 - boîte amulette / liseuse / coupe pizza - 3/10 - 15x1min
10.05.22 - bouchon liege / banane / tasse - 2/10 - 8 x 2min
11.05.22 - couteau / bougie / boule à thé - 1/10 - 8 x 2min
12.05.22 - lunette / épingle - 3/10 - 7x 2min
...

La qualité de mes visualisations est selon moi faible. Pourtant, mes deux sens majeurs sont la vue et l'ouïe. Cependant, il y a une vraie différence entre faire appel à notre mémoire, et faire appel à la visualisation comme entendu par M.Bardon.

La visualisation dépend de l'élément feu, cela fait partie de mon entrainement sur la partie astral.

J'utilise l'autosuggestion comme suggéré par M.Bardon pour renforcer ma capacité de visualisation. Je répète ma phrase matin, soir mais aussi dès que possible dans la journée.

L'objectif à atteindre est de maintenir un objet sur son écran mental de façon clair pendant 5 minutes. Cet objectif étant trop grand pour que je puisse l'aborder directement, je l'ai réduit à 3 niveaux intermédiaires.

Splitter l'objectif

Niveau 1, visualiser un objet avec la plus grand clarté.
J'ai débuté par 1 minute d'entrainement, que je répète 10 fois. En ajoutant le temps d'observation, cela prend environ 15 minutes. J'utilise deux ou trois objets différents. Des objets qui n'ont que très peu de détails. Pas d'écritures. Pas de logo ou de dessins. Ou très simplistes.
Je fais évoluer le temps progressivement jusqu'à 5 minutes.

Niveau 2, visualiser un objet clairement sans mouvements, et en une seule pièce
A ce niveau, l'idée est de réussir à réduire les mouvements. Mon constat est que visualiser un objet en le faisant bouger m'aide à maintenir ma concentration. Changer le focus mental sur une partie de l'objet, en le faisant pivoter sur lui même, facilite la visualisation. Ici l'idée est de réussir à ne plus avoir de mouvements, et à voir l'objet dans sa globalité aussi clairement possible.

Niveau 3, ouvrir les yeux
Enfin, réussir à maintenir la visualisation avec les yeux ouverts.

Ces trois niveaux ne sont pas figés. Ils sont une aide pour m'aider à réduire la complexité de la tâche car je ne suis pas efficient sur la visualisation. Si ma méthode ne s'avère pas suffisamment efficace pour progresser, il me faudra réévaluer ma stratégie.

"La folie c'est, de se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent". Albert Einstein

Evaluer son évolution

Ma grande question, est de savoir jusqu'à quel point il est possible de visualiser clairement. Si j'en suis ce qui est écrit par M.Bardon, la qualité est très fine. Tout le mystère de mon évolution à venir repose sur cette incertitude. A l'heure où j'écris ces lignes, mes visualisations ne sont pas claires.

Pour donner une idée de mes capacités, cela aidera peut être ceux qui rencontrent aussi ces difficultés à ne pas baisser les bras.

Lorsque je m'exerce, je prends 10-15 secondes pour observer avec toute ma concentration et mon attention l'objet. Puis je ferme les yeux, en gardant mon regard orienté vers l'endroit où se trouve l'objet "réellement". J'ai constaté que cela m'aidait à conserver une image plus claire. Surement du fait de l'utilisation de la mémoire spatiale. En termes de qualité, généralement l'image s'estompe après quelques secondes, c'est à dire que je perds certaines parties. Certains détails disparaissent, et certaines couleurs perdent de leurs vivacité. Je m'efforce alors de faire revenir ou de maintenir la clarté. Généralement, je ne réussis pas à ré obtenir un objet bien défini. Je le vois partiellement, en le faisant tourner, j'arrive à augmenter la luminosité de la partie sur laquelle je me concentre. Mais voir l'object d'une seule pièce n'est pas une réussite. Il y a toujours une partie plus sombre, ou déformée. Il est aussi très délicat de maintenir les bonnes proportions.

J'ai mis du temps à comprendre comment positionner mes yeux. Lorsque je m'entraine, mon regard est tourné devant moi, comme si je regardais à travers mon front. L'endroit où se situe le 3ème oeil. C'est tout noir, et c'est dans ce noir que je projette ma visualisation.
Il faut bien faire la différence entre la visualisation telle que je viens de l'a décrire, de l'utilisation d'image stockées en mémoire. Si vous fermez les yeux, et que vous orientez vos yeux vers le haut, en pensant à l'objet que vous essayez de visualiser, vous faites appels à votre mémoire, et à ce moment là il devrait être plus clair. Selon moi ce sont deux choses différentes. Et ce n'est pas l'objet de l'entrainement à la visualisation "créatrice" dite magique.

Edit au 26 mai 2022
Ne voyant pas d'évolution dans ma pratique, malgré mon entrainement quotidien, j'ai décidé de travailler différemment. Je suis intimement convaincu que si une technique ne fonctionne pas après quelques semaines, il faut l'analyser, et revoir sa stratégie.

William Mistele dans son article Initiation into Hermetics, Chapter 2, Mental Level explique qu'il lui était difficile de démarrer directement de la façon dont M.Bardon l'enseigne. Il raconte qu'en rejouant un souvenir chargé d'émotions, sa visualisation était bien plus efficace.

Il évoque aussi le dessin comme entrainement.

Ce sont deux méthodes que j'ai décidé d'utiliser. Puisque la manière frontale ne marche pas pour le moment, je prends un chemin latéral.

Après quelques jours, je peux déjà affirmer que l'utilisation de souvenirs m'aide à avancer. Cela me donne également confiance. Je pensais que mes capacités étaient vraiment faibles. Or, je me suis aperçu qu'elles sont là, en moi, mais qu'elles ont besoin d'être stimulées.

Je pense qu'il est bon de jouer. Sinon l'entrainement devient militaire. Et c'est un piège. Garder l'équilibre des forces en soi est une clé.

Edit au 16 juin 2022
La pratique de la visualisation me donne du fil à retordre. Ma progression est lente, et minime. Je n'ai cependant aucune envie de baisser les bras ou de passer à l'exercice suivant simplement pas manque de confiance en moi comme j'ai pu le faire par le passé. Il ne fait aucun doute que mon travail sur l'équilibre élémental porte ses fruits.

Rendre la pratique ludique

J'ai pu échanger récemment avec autre mage au sujet de cet exercice et il m'a conseillé de rendre l'exercice ludique. J'ai suivi son conseil en m'entrainant à visualiser des paysages elfiques. Mais également à me projeter dedans. Même si en effet c'est un exercice plus avancé, cela m'aide à augmenter mon temps de pratique journalier en variant les exercices. Je ne sais pas si cela m'aide pour réussir l'exercice que M.Bardon recommande, mais ce qui est sur c'est que cela stimule mes capacités de visualisation.

Une clé tombée du ciel

J'ai aussi prié pour recevoir la clé de cet exercice, car à un moment, je me demandais si je réussirai à atteindre le résultat demandé par M.Bardon. Et tout juste quelques heures après, alors que je trainais littéralement sur internet à la recherche de réponses à ce sujet, j'ai eu l'intuition que je devais relire un commentaire que j'avais lu par le passé.
👉 https://tdscultwatch.wordpress.com/2015/11/04/a-criticism-of-frater-veoss-commentary/

Il y a dans ce commentaire une pépite. Le soir même je m'étais en pratique cette pépite. Et la qualité de ma visualisation a fait un bon en avant.

Voici la pépite :

Erasers, safety pins, paper clips, gemstones, Legos, and flash drives were all things we used during this exercise. If you can visualize a simple object like that for five minutes with ease, then you have met Bardon’s standards and can move on.

A première vu, on pourrait penser que cette phrase n'a aucune valeur ajoutée. Pourtant, ce qui m'a sauté aux yeux est qu'ils parlent d'utiliser uniquement des tout petits objets.

En essayant d'utiliser un bouchon de bouteille, je me suis aperçu que je pouvais visualiser un tout petit objet en une seule pièce. Et pour moi cela fait une grande différence. Avec de gros objets, ou même avec un photo d'un lieu, je n'arrivais pas à visualiser en une seule pièce la totalité de l'objet en question. Je devais déplacer ma visualisation sur des zones. Ce qui rendait difficile de maintenir la visualisation longuement.

Cela m'aide actuellement à augmenter le temps de pratique pour viser les 5 minutes.

Cet article apporte d'autres informations éclairantes que je vous invite à lire.

Pourquoi entrainer les sens ?

En parcourant la section basic sur le site de William Mistele, le chapitre du degré 3 sur la concentration à 3 sens m'a beaucoup apporté :
👉 http://williammistele.com/mental3.html

Ce passage m'a fait comprendre l'importance de l'entrainement des sens qui commence dès le degré 2 :

We experience the world through our five senses. Now we are
challenged in an astonishing way as if the magician we would
become says to us, "Prove to me that you can touch, taste, smell,
see, and hear anything which your senses have already experience. If
you can do this with the world you already know, then you will be
ready to encounter the unknown worlds which you do not know."

Il donne aussi des exemples de pratiques qui certes sont normalement destinées à être utilisée pour la pratique du degré 3, mais que l'on peut adapter au degré 2 si l'on utilise qu'un seul sens.

Similarly, try to recall doing everything you normally do through
a day--for example, waking up, taking a shower, getting dressed,
eating breakfast, going to work, walking, driving a car, falling asleep,
dreaming, etc. Memorize in exquisite detail the events and routines
of your daily life and of several individuals you know.

Ce ne sont que des exemples qui pourront je l'espère vous donner envie de vous plonger dans la lecture de ses articles.

Le dessins visualisé

Un dernier tips que j'utilise, et qui m'aide à rendre ma pratique ludique est le dessin visualisé. Je m'explique. Je ne suis absolument pas dessinateur. Par contre, j'ai découvert que je pouvais m'imaginer en train de dessiner l'objet avec lequel je m'entraine. Si il s'agit d'un mug, alors avant de fermer les yeux, je regarde avec précision tous les détails qui me permettraient de le dessiner. Je m'attarde sur la perspective, les arrondis, les pointes, les effets d'épaisseurs, les ombres, les contours etc.

Vient alors la pratique, où je retrace dans mon esprit les contours de l'objet comme si je m'apprêtais à le faire sur une feuille de papier.

J'aime cette pratique car je pense qu'elle me permet d'améliorer mes capacités de visualisation mais aussi mes qualités de dessinateur.

Le dessin est un art que l'on pourrait qualifier de magique, puisque nous pensons une idée, nous la transformons à notre goût, et nous lui donnons vie sur le papier, dans la matière.

Edit au 24 juin 2022

Ouvrir les yeux

Je discutais récemment au sujet de la pratique de la visualisation avec un Adepte. Étant rêveur, il lui fût très simple de maitriser l'exercice. Mais il ne voulait pas pousser les gens à devenir rêveurs.

Il nous arrive à tous de rêver les yeux ouverts. Pour ma part, dans ces moments, je me retrouve totalement dans mon rêve éveillé. Je n'ai plus conscience de ce que je suis en train de faire ici et maintenant. Mon cerveau projette des images directement sur mon écran intérieur, et je ne vois rien d'autre que cette image. Tout est très réel, et très vif. A ce moment là, ma visualisation fonctionne très bien.

J'ai donc réfléchi à ce phénomène qui consiste à tromper son cerveau de la même manière qu'il nous trompe au quotidien. Je m'explique. Lorsque nous regardons un objet, nous ne voyons pas l'objet tel qu'il est réellement. Notre machinerie oculaire, reçoit un ensemble de signaux lumineux qui sont transmis à notre cerveau, qui forme alors cette image. Cette information, comme toutes les informations que nous percevons, passe par nos filtres astra-mentaux. Ce qui indirectement nous indique que seul le cerveau créé notre réalité qui nous entoure, avec les déformations que l'on connait.

Partant de ce constat, je me suis penché sur l'idée de visualiser les yeux ouverts un souvenir. L'idée étant de créer le même phénomène que lorsque je tombe dans un rêve éveillé, mais cette fois-ci de façon consciente. Le résultat est pour moi plutôt révélateur. Cela fonctionne bien, voire très bien. J'arrive très facilement à me promener sur un lieu que j'ai parcouru récemment. Et ce, les yeux ouverts. L'image mentale vient se superposer à la réalité. Je crois que je fonctionne mieux les yeux ouverts.

Enfin, pour réussir l'objectif attendu au degré 2, je suis en train d'expérimenter un entrainement hybride.

Je démarre par la projection d'un lieu souvenir pendant environ 5 minutes, puis dans ce lieu, sur une table par exemple, j'ajoute un objet. Pendant les 5 minutes qui suivent, je maintiens ma visualisation les yeux ouverts sur cet objet injecté dans la scène. Je ne saurai l'expliquer, mais pour moi cela fonctionne plutôt bien. J'ai de meilleurs résultats que lorsque je pratiquais directement les yeux ouverts face à un mur blanc.

C'est une nouvelle technique, et une nouvelle approche. Je défriche, je m'aventure et j'explore ce sens qu'est la vue. La progression est lente, mais les découvertes sont vraiment intéressantes.

Edit au 28 juin 2022

👉 http://hermeticscience.de/questions-and-answers-concerning-bardons-instructions-for-visualization/

Edit au 31 juillet 2022

Interfaçer

Apprendre à interfaçer, voilà ce que j'ai découvert au cours de mon entrainement à la visualisation. J'utilise ce terme car il reflète bien ce qu'il se produit lorsque je visualise un objet les yeux ouvert. Je pense que c'est comparable à de la réalité augmentée. Lorsque je visualise un objet, j'y arrive mieux les yeux ouverts que fermés. Il se créé comme un calque transparent qui vient se positionner entre mon oeil et la réalité physique. Sur ce calque, je visualise l'objet. Il apparaît comme superposé à la réalité, mais reste bien sûr moins tangible. Je crois que la clé est là. C'était assez difficile d'en arriver à cette expérience, mais ça a été mon déclic.

Edit au 8 août 2022
Depuis que j'ai compris cette idée d'interfacer, ou d'ajouter un calque à la réalité qui est captée ou projettée par dans notre esprit, j'ai pu progresser plus facilement. J'ai continué de pratiquer la visualisation en parallèle de l'ouïe simplement par lassitude. Je sentais qu'après plusieurs mois sur un seul sens je commençais à perdre la motivation. D'autant plus que l'étape de la visualisation est je pense la plus difficile à franchir. Je ne regrette pas d'avoir persévéré pour découvrir ces facultés, mais ne pas se découragé était loin d'être simple.

L'ouïe psychique

Pour l'ouïe cela m'a pris moins de temps d'y parvenir. Je me suis entrainé à écouter des sons sur youtube, et à les maintenir pendant 5 minutes. Au départ j'ai commencé par 1 minute, puis 2, puis 3, jusqu'à 5 minutes. J'ai pratiqué avec les sons recommandés par M. Bardon. Le tic tac d'une horloge ancienne, le coup de marteau qui enfonce un clou, le bruit du feu qui crépite dans la cheminé, le bruit de l'eau qui coule du robinet, le bruit d'une rivière, le bruit du vent, du tonnerre, puis je suis passé aux animaux. Le miaulement du chat, le chien qui aboie, la chouette qui hulule etc.
Par la suite, j'ai arrêté d'utiliser youtube pour écouter les sons. C'est tout de suite devenu plus difficile. J'arrivais à reproduire un son, mais à un volume plus faible. J'ai remarqué qu'avec un son écouté en amont, le son envahissait mon esprit et le maintenir était très simple. Partir directement de notre propre imagination est plus difficile. Mais c'est un bon exercice. Je me suis entrainé pendant 1 mois plein sur l'ouïe psychique avant de poursuivre.

Je me suis longtemps demandé si atteindre la perfection sur chacun de ces exercices est possible. J'imagine aujourd'hui que oui. Mais il faut certainement des années. M. Bardon donne des critères de validation, mais nous sommes seuls face à nous même pour décider si oui ou non nous avons atteint l'objectif. Dans quel mesure nous l'avons atteint. Avec quelle qualité. Sans se mentir à soi même. Ma décision est de ne pas attendre d'être parfait. De simplement pratiquer, de découvrir la capacité associée à chaque sens et de l'amener plus loin que ce qu'elle était au départ. Certains me diraient que je ne devrais pas avancer sans avoir parfaitement atteint la maitrise du sens, et je dirais oui, mais dans quelle mesure cela est important ? Je pense que les exercices et les degrés vont s'empiler et se renforcer les uns après les autres. Si je sens que quelque chose n'est pas assez développé, je serai à même de faire une pause et de travailler la qualité manquante pour la renforcer.
En me basant sur les conseils de Rawn Clark, il indique que le degré 2 devrait durer environ 3-4 mois. J'ai déjà dépassé ce temps d'entrainement avec les deux premiers sens, alors je pense qu'à moins d'être un Mage né, ce n'est pas réaliste pour tout le monde. Peut être est-ce possible pour quelqu'un qui s'entraine de 3 à 6h par jour, mais là aussi je pense que ce n'est pas forcément idéal. Notre subconscient et nos différents corps on besoin de temps pour assimiler de nouvelles capacités. En me basant la dessus, je dirais qu'il existe un juste milieu entre ce que Rawn Clark propose, et l'idéal demandé par M. Bardon. La voie du milieu me semble toujours être la meilleure. Valider l'objectif de maitre Bardon. Etre en mesure de créer tout type de visualisation, bruit, sensation etc et la tenir pendant 5 minutes, mais ne pas attendre d'avoir le son parfait, ou la visualisation parfaite, ou la sensation extraordinaire pour avancer. Cela reste mon avis... l'avenir me dira si je me suis trompé ou pas.

La sensation psychique

Du côté de la sensation psychique, mon entrainement s'est beaucoup basé sur les 4 éléments. J'ai beaucoup apprécié faire ce travail. Je n'ai que très peu utiliser des objets extérieurs pour créer les sensations. J'ai essayé d'utiliser un bloc de glace, une allumette, porté une pierre et un ventilateur. Mais une seule fois. Ensuite j'ai pratiqué. C'était plutôt facile pour moi. J'ai commencé les yeux fermés, puis ouverts. J'ai aussi beaucoup pratiqué debout. Cela m'a aidé à ressentir l'apesanteur. Lorsque j'ai réussi à créer le ressenti de la chaleur à tel point que je pouvais transpirer, ou de même avoir des frissons lorsque je travaillais à ressentir le frais, le froid, j'ai considéré l'objectif atteint. Bien sur maintenu 5 minutes.

Edit au 13 septembre 2022

L'odorat psychique

Voilà que depuis plusieurs semaines je m'affaire à l'entrainement de l'odorat psychique. Je ne m'attendais pas à rencontrer une si grande inconnue. L'odorat est un sens qui semble très peu développé si nous n'en faisons pas nôtre métier ou une passion ou tout simplement un usage quotidien. Je n'ai vraiment pas l'habitude d'utiliser ce sens, et même durant cette phase de l'entrainement, il m'est difficile d'amener l'odorat dans mon quotidien.
Je m'entraine chaque jour avec ce que j'ai sous la main. Une paire d'épices, un pot de nutella, du miel ou des fleurs.
Malgré la difficulté rencontrée, je progresse. Lentement, certes, et j'ai découvert au cours de mes pérégrinations que nous pouvions conserver une sorte d'odeur mentale pour tous ce que l'on sens. C'est exactement la même chose que lorsque l'on visualise l'image d'un objet, ou que l'on se remémore un son. On a stocké en mémoire une empreinte de l'image ou du son que l'on a rencontré plus tôt dans notre vie. Il en va de même avec les odeurs. La difficulté réside dans le fait que son emploi étant moins présent ou habituel, nous stockons moins d'empreintes mémoires associées aux odeurs. Il est donc plus long et pour moi moins passionnant de développer ce sens. Cela fait bien appel à un travail de persévérance, car il faut non seulement réussir l'objectif, mais en plus augmenter notre capacité à emmagasiner de nouvelles odeurs mentales.
Pour autant, je ne recherche pas à me créer un dictionnaire d'odeurs, car je pense que cela serait beaucoup trop long.
J'ai compris récemment que l'objectif fixé reste un objectif mental. Il n'y a pas besoin de modifier l'astral, ou le plan physique. Je l'ai compris en tombant sur le commentaire de justingbthemagician perdu au fin fond du web. Un pdf qu'il a composé il y a déjà plusieurs années sur les différents degrés. Je vous le recommande vivement mais il vous faudra fouiller sur le net. Son blog est aussi une mine d'or d'informations : justinbthemagician's blog

Edit au 4 octobre 2022

Le goût psychique

Pour le goût psychique, je me suis concentré sur les aliments consommés chaque jour. J'ai aussi goûter du sel et des condiments en essayant de les reproduire. De même avec des saveurs plus simples comme le miel ou le chocolat.

Marcher sans faire d'histoire

Cela fait quelques années à présent, que j'ai commencé à pratiquer l'enseignement Zen. Au travers de cette expérience j'ai découvert l'écoute de soi. L'écoute de mon corps, de ses maux. L'écoute des mes émotions, et de ses fluctuations. L'écoute de mon mental, et ses pensées, qui changent sans cesse.

Puis avec la pratique de Zazen, ou la marche centrée, j'ai appris à rester attentif, vigilant, sur les mouvements, et changements intérieurs.

Le premier degré du LCVIM, m'a permis d'approfondir ce travail, en me concentrant pleinement à l'écoute des pensées. Mais aussi à l'écoute de l'inter-pensées. Le moment entre deux pensées.

Toutes ces pratiques, n'en sont qu'une. Rester là. Dans l'instant, avec ce qui arrive et ce qui part.

Il y a quelques temps, alors que je marchais, je me suis surpris à dialoguer. Il y avait moi, et son interlocuteur moi. J'étais plongé dans un long discours. J'étais en train de vivre mentalement, le futur moment où j'allais devoir rencontrer le directeur général de l'entreprise pour laquelle je travaille.

Cela ne vous arrive jamais à vous ? Vous marchez, dans la rue simplement. Vos pensées vous emportes, et au lieu d'être présent, de ressentir le souffle du vent. D'écouter les bruits. De noter les sensations qui se présentent dans votre corps. Ou simplement de ressentir chacun de vos pieds dans vos chaussures... Vous vous retrouvez assis à votre bureau en train de travailler sur la tâche qui n'est pas encore là.

Eh bien, c'est ce que je faisais. Je travaillais déjà à ma future tâche. Sans m'en rendre compte. Sans en avoir conscience. Quel est le soucis ? Le soucis est simple. D'abord, en faisant cela, nous ne vivons pas dans l'instant présent. A cela s'ajoute que nous vivons à deux reprises le même moment. Voir même une multitude de fois mentalement, avant de le vivre réellement. Mais surtout, si nous ne sommes pas conscient de cet écueil, nous perdons notre temps. Notre énergie. Car étant dans le plan mental, le temps ne s'appliquant pas, les émotions se produisent comme si nous vivions la chose réellement. Et cela perturbe notre équilibre intérieur.

De plus, si cette visualisation est faite sans conscience, nous ne pouvons nous en servir pour réellement préparer notre discours.

Lorsque nous devons préparer un entretien, ou tout autre évènement qui demande une certaine préparation, le faire en conscience est bien plus utile et efficace.

Et lorsque nous marchons, marchons sans faire d'histoire.

Vers le second degré

Voilà maintenant plus de deux mois que j’ai décidé de (re) démarrer l’entraînement de Maître Bardon.

Je pense que le premier piège dans lequel je suis tombé les premières fois où je me suis lancé était de croire que je pourrai enchaîner les niveaux tel un jeux vidéo, et pouf me voilà mage.

Je considère aujourd’hui « Le chemin de la véritable initiation magique » comme un chemin de vie. Je n’envisage plus de réaliser le parcours en quelques semaines. Cela me semble même être une aberration et une pure illusion de notre égo. J’ai même arrêté de me donner une deadline. Étant donné que nous sommes dans le spirituel et que l’esprit n’est pas limité par le temps. J’essaie même si cela reste difficile, de regarder l’horizon. Et en regardant au loin, je vois que mon but est d’évoluer. De parcourir ce chemin à mon rythme, en prenant le temps de l’apprécier, et surtout de bien m’assurer que l’évolution intérieure est présente.

Ce n’est donc pas 6 mois, 1 an, 3 an… c’est aller le plus loin possible, avant de mourrir. Du moins de quitter cette vie. Si dans cette vie j’atteins les 8ème degré du LCVIM, je crois que je pourrai déjà être fier de cette réussite !

La grande difficulté dans ce premier niveau a été de mesurer ma progression. M.Bardon donne des règles à respecter, tel que réussir à rester concentrer 10 minutes sans s’endormir ou être déconcentré. Avec cette règle, vient la question de la régularité. Dois-je réussir à pratiquer de nombreuses séances de concentration ou de vide mental d’affilé avec aucune distraction ou absence, avant de pouvoir passer au degré suivant ?
Cette question est restée là, longtemps dans ma tête. Et ma réponse est claire aujourd’hui : non.

  • Non je ne le pense pas, car ce sont des exercices à pratiquer tout au long de notre vie et pas uniquement durant le degré un.
  • Non car, nous ne pouvons contrôler nos pensées. Et à différents moments de notre vie, le flux est plus vaste. Mais ce flux ne s’arrêtera jamais. Il faut simplement chercher à s’en extraire, chaque jour un peu plus. Rester vigilant, attentif. Et prolonger dans notre vie quotidienne cet état d’esprit.
  • Non car l’essentiel est de comprendre le mécanisme. Puis de lâcher prise pendant la pratique. Rester attentif, tout en restant détendu. Sinon le marathon que nous devons tenir nous asphyxiera bien trop vite.

Alors, de mon côté j’ai pris le parti, d’avancer dès lors que je ressentais intérieurement avoir mieux compris la pratique, et avoir réussi au moins une ou deux fois l’objectif de 0 distractions ou absorptions.

J’entends par la, ne pas être emporté par un flot ou une pensée en particulier. Des petits voire très légers décrochages, arrivent, et je ne les comptabilises pas. Le vrai décrochage est pour moi celui où je perds la notion du moment présent.

Il est indéniable que la pratique du Zen, au travers de Zazen est très utile. Cela m’a beaucoup aidé à adapter ma philosophie et mon approche pour ce premier degré.

En ce qui concerne les miroirs magiques, je n’ai pas atteins le seuil symbolique de 100 critères pour chaque miroir. Mais je m’en rapproche. Je suis en ce moment aux alentours des 80. J’estime que c’est un travail que je vais poursuivre tout au long du degré 2, et certainement par la suite. Alors je ne trouve pas bloquant d’avancer.

Néanmoins, c’est clairement le moins évident pour moi à travailler. Et ça fait parti de mon miroir 😌

Second degré, feu ! 🔥

Degré 1 - Plan physique

En ce qui concerne les exercices enseignés par Maitre Bardon, pour l'entrainement du plan physique, je ne les détaillerai pas tous.

Pour ma part, prendre une douche froide n'est pas quelques chose que j'applique au quotidien (Ce qui fait parti de mon miroir magique). Si vous êtes intéressés par ce concept, la méthode Wim Hof, que j'ai suivi quelques semaines l'an passé est une approche progressive pour développer la volonté et la résistance face au froid. Je prends donc juste une douche chaude, et je termine en abaissant la température suffisamment pour travailler mon mental. Cela me permets aussi d'appliquer la magie de l'eau en visualisant que j'élimine un trait de caractère négatif. Nous sommes en hiver au moment où j'écris ces lignes. Il est probable que durant la période plus chaude je puisse pousser plus loin et plus longuement les douches froides.

A contrario, j'aime particulièrement l'utilisation d'une serviette rugueuse pour se sécher et bien faire rougir la peau. C'est vraiment une bonne méthode pour éliminer les impuretés, et les peaux mortes qui empêchent les pores de la peau de bien s'oxygéner.

La respiration magique


Cet exercice est certainement celui sur lequel je me pose le plus de questions. Depuis que j'ai commencé à le pratiquer, je m'interroge sur sa bonne exécution. Le Maitre précise que le Mage ne doit douter à aucun moment. J'ai bien cette phrase en tête. Et je ne doute pas de l'effet réel. Mon doute porte surtout sur la forme de ma pratique.

Au départ, j'imaginais autour de moi des billes de lumière représentant la qualité à absorber. Puis à chaque inspiration, je visualisais les billes pénétrer mon corps en même temps que l'air inspiré. Malheureusement, après quelques respirations, j'étais saisi par un mal de tête. Ce qui me donnait l'impression de forcer et d'épuiser ma force mentale. Dès que j'arrêtais de visualiser, hop plus de douleur. Donc cela me créait une tension mentale qui à mon sens ne doit résulter de cette pratique.

La seconde forme que j'ai imaginé, fût la suivante : installé sur mon zafu, je visualisais mon corps sous la forme d'un nuage de billes d'énergies lumineuses. Autour de moi, partout dans la pièce, un ensemble de billes d'énergie de la couleur de la qualité à travailler. A chaque inspiration, les billes (de patience par exemple) venaient se mélanger à mon corps de billes lumineuses.

Un auteur et Adepte que j'aime lire est monsieur Mistele. Dans l'un de ses articles sur son site personnel, il parle de cet exercice de la manière suivante :


In other words, if you desire health, you visualize or feel yourself being completely healthy. - William Mistele


Ce qui m'amène à penser que la pratique est plus simple. Je pense que le simple fait d'orienter l'esprit sur la qualité absorbée suffit. D'ailleurs en relisant, Maitre Bardon précise :


Si l'on met dans l'air qu'on inspire une pensée, une idée ou une image, qu'elle soit concrète ou abstraite, l'âkâsha de cet air l'absorbe et la transmet à la substance de l'air par les fluides électriques et magnétiques.

Je dois admettre que la notion d'abstraite me laisse toujours dubitatif. J'ai le sentiment que plus je rends concret cette qualité à absorber et plus cela fonctionnera. Or, je pense que c'est un biais sur lequel je dois travailler.


Edit 15 mars 2022

J'ai décidé d'ajouter les dates auxquelles j'ajoute de nouvelles entrées dans mon journal. Peut être que cela amènera une vision plus précise de l'évolution de mes réflexions au lecteur.


Hier j'ai expérimenté une nouvelle façon de pratiquer la respiration magique imprégnée d'une qualité. Assis sur mon zafu, je me suis concentré sur la qualité de la patience. Cette fois-ci, je n'ai pas cherché à visualiser le concept, à l'extérieur de moi. J'ai simplement gardé en conscience qu'au lieu d'absorber de l'air, j'absorber la patience. D'ailleurs, je pratique maintenant de la même façon lorsque je mange ou bois. Je crois que le but fondamental de cette pratique est de modifier profondément les composantes de notre être. Puisque ce que nous mangeons est à la base de notre future constitution physique, je crois qu'il en est de même pour ce que nous absorbons sur les autres plans. 


Bardonist eats patience in order to become patient, eats compassion to become compassionate, eats intelligence to become intelligent, etc. - Virgil 


Au delà du fait que c'est une qualité que je souhaite améliorer pour équilibrer mon être, je trouve que c'est une qualité essentielle à développer lorsque l'on débute sa pratique. Lors de ma première tentative sur le chemin de l'initiation magique, je me souviens avoir cru pouvoir enchainer les étapes une à une en quelques semaines... J'aborde aujourd'hui ce parcours sur une vision à moyen long terme, et mon désir d'avancer vite, est maitrisé depuis que je me concentre sur cette qualité.


Edit au 20 mars 2022

Je pense avoir trouvé ma méthode, car je ne ressens plus de tensions dans ma pratique. Je suis le conseil de William Mistele, en ressentant le plus profondément que j'absorbe la patience durant l'inspiration. Et que cette qualité est en moi. Puis, lors de l'expiration, j'imagine que cette dernière se cristallise sous la forme de petits cristaux à l'intérieur de mon corps.


L'alimentation consciente


Pour ma part l'alimentation consciente, tout comme la magie de l'eau sont des pratiques qui sont semblables à la respiration magique. J'imagine que j'absorbe la qualité que je travaille, à la place de l'aliment ou de la boisson. Ces pratiques sont complémentaires. Elles nous obligent à rester concentré sur un seul et même objectif : corriger notre être. Devenir une meilleure personne. C'est toute la beauté et la simplicité de la magie. Les rituels sont surement très intéressants, mais s'améliorer, et corriger nos défauts est à mon avis de loin un puissant acte magique.


Edit au 10 mai 2022

Ces dernières semaines, je suis passé au degré 2. Ma pratique de l'alimentation consciente s'est bien précisée, et je souhaite partager un conseil précieux que j'ai relevé dans l'un des livres de Virgil. Avant chaque repas, Virgil suit une "procédure" qui lui est personnelle et que je vous invite à découvrir par vous même. Entre autres, il recommande de marquer un temps d'arrêt avant de prendre nos couverts et d'attaquer la première bouchée, et de prier pour ce repas qui nous est offert. Libre à chacun de prier ou non, néanmoins, j'ai trouvé le conseil de simplement marquer une pause d'une grande puissance. Ce bref instant contient à lui seul l'essentiel. En marquant une pause, on prend le temps intérieurement de se recentrer, et d'honorer le moment, et l'acte qui va se produire. Pour moi, même sans prière, c'est déjà une preuve de gratitude considérable que je ne peux que recommander.

Degré 1 - Plan astral

L'entrainement du degré 1 pour le plan astral consiste en grande partie à débuter un travail sur soi. La première étape d'un travail sur soi consiste bien évidemment à se connaître.

C'est par cette porte que Maitre Bardon nous met sur la voie du travail de l'ombre.

Je ne vais pas décrire le travail attendu, puisque toute personne intéressée, devrait directement lire à la source l'exercice enseigné par le Maitre.

Néanmoins, je vais m'appliquer à décrire ma façon de procéder pour la réalisation des miroirs. Ce n'est ni un conseil à suivre ni un exemple parfait. C'est pour moi l'étape la plus difficile à réaliser.

Construire une première liste des ombres

Décompiler nos traits négatifs et positifs grâce à la pleine conscience

La pleine conscience, lorsqu'elle est pratiquée au quotidien, est d'une grande aide. C'est une pratique purificatrice à elle seule puisqu'elle nous permet de faire remonter au conscient nos parts d'ombre. C'est l'outils le plus puissant que je connaisse.

La pratique de l'observation des pensées, est aussi très bon, mais plus difficile à appliquer tout au long de la journée.

Enfin, pour les pratiquant du Zen, Zazen, est aussi très utile, dans le sens où cette pratique fait remonter naturellement à la surface nos impuretés.

Grâce à  l'observation de mes propos, de mes réactions, de mes pensées, je me rends compte des blocages, ou d'une part d'ombre qui émerge.

Si vous voulez réussir, observez-vous constamment ! Dès que quelque chose vous fait réagir avec une émotion plus forte que d'habitude, c'est que vous avez touché une zone d'ombre. Il suffit d'en prendre note pour ne pas l'oublier.

Comme le dit si bien Rawn Clark dans son livre "A Bardon Companion (second edition)" :

"This means throw away all those published lists of character traits, especially those written by Bardon in IIH, and simply observe how you feel about each aspect of your character. Not what you think about your traits, but what you feel in the immediate present moment without thinking." - Rawn Clark 

Remonter la chaine de souvenirs

La seconde méthode que j'ai utilisé consiste à s'asseoir face à une page blanche, et à laisser venir à soi tous les souvenirs pour lesquels j'avais eu un comportement inadapté.


C'est une méthode assez rapide pour démarrer notre liste de défauts et de qualités. J'ai trouvé pratique de créer une base de travail. Cependant, c'est une méthode qui à mon sens ne se suffit pas elle même. Elle ne permet pas d'aller en profondeur.


Pour aller plus loin, je me suis amusé à lister pour chaque défaut, la façon dont ce défaut se manifeste. Par exemple pour la colère, j'ai listé :

👉 lorsque mon enfant ne fait pas ce que je lui demande alors que je suis en retard

👉 lorsque je me cogne inconsciemment à un meuble le petit orteil

👉 etc.

Ce sont généralement des schémas automatisés, récurrents, qui induisent une réaction sans que l'esprit conscient puisse agir dessus.

Construire son miroir de l'âme


Lister mes premiers traits négatifs n'a pas été le plus difficile. Trouver une vingtaine de traits se fait rapidement. Il suffit de passer en revu nos souvenirs. 

L'étape suivante consiste à catégoriser ces traits en fonction des éléments. C'est la tâche la plus délicate pour moi. 

Malgré l'aide de mes lectures sur le sujet décrivent les qualités inhérentes à chacun des éléments, ce n'est toujours pas une évidence. Néanmoins, je crois qu'il faut se jeter à l'eau et itérer. Il ne faut pas attendre de tout savoir et de tout comprendre. C'est un processus qui va évoluer.

Pour commencer, j'ai tout mis dans la 5ème colonne. Puis j'ai laissé le filtre de mon ressenti s'appliquer. Simplement par intuition, j'ai associé chaque trait à un élément. 

Si aucune idée ne me venait, je le laissais dans la 5ème colonne.

Quelques ressources pour s'inspirer

C'est une tâche qui n'est pas aisée. Le Maitre nous donne que très peu d'éléments pour réussir à comprendre et connaitre les éléments. 

Voici les lectures qui m'ont aidées à démarrer, ainsi que celles à venir :


👉 The Universal Master Key, Franz Bardon

C'est un livre très dense, qui n'est pas facile à lire. Je ne l'ai pas terminé, mais je songe à m'y remettre sous peu. Environ 30 à 40 traits associés à chaque élément sont recensés.


👉 Equipoise, Insights into foundational astral training, The Franz Bardon Community

Ce livre regroupe différents commentaires, rédigés par des élèves initiés et adeptes "Bardonistes". C'est très éclairant !


👉 The Four Elements, William R. Mistele

Livre qui fait parti de ma checkliste 📚


👉 The Elemental Equilibrium, Virgil

Livre qui fait également parti de ma checkliste 📚


Comment ai-je organisé ma pratique ?

J'ai décidé de travailler de façon la plus équilibré possible. Je limite ma pratique pour chaque plan à 10 minutes par jour. Pour le plan astral, je prends 10 minutes pour étudier les relations entre les différentes ombres qui se trouvent dans mon miroir. J'essai de réfléchir à une façon d'aborder ces blocages. De mieux les comprendre. Et dès qu'un nouveau trait me vient à l'esprit je l'ajoute.

Parfois, je pratique l'auto-critique comme le Maitre le recommande. C'est encore une pratique très récente pour moi. J'avais plutôt pris l'habitude de travailler sur des plages horaires étendues, puis plus rien. Je crois que je faisais fausse route. Moins, mais régulièrement, me semble aujourd'hui plus juste.


Edit au 10 mai 2022

Il s'est écoulé un certain temps depuis l'écriture de cette page. Mes recherches, ainsi que l'étude de mes miroirs ont fait évoluer la structure de ces derniers. 

Pour commencer, je conseillerais sans hésiter et si possible même avant de se lancer dans le premier degré, d'étudier les livres écrits par Virgil. C'est pour moi, la 3ème fois que je recommence le LCVIM. Les deux premières tentatives, ne m'ont rien apportées. La première raison est mon manque de maturité de l'époque. La seconde est lié à mon ignorance. Je ne connaissais pas suffisamment le domaine spirituel, ni même la magie ou les arts occultes. Je n'avais pas la sagesse pour aborder une telle oeuvre. Et surtout, je n'avais pas lu les livres de Virgil. 

Si vous souhaitez réussir à suivre cet entrainement magique, la première étape est de comprendre ce qui vous attend. De comprendre les faux pas à éviter, mais aussi les raisons pour lesquelles la réalisation de votre miroir magique est capitale dans la réussite de votre parcours.

Aborder l'oeuvre de Virgil dépend aussi de là où vous en êtes dans votre pratique. Si vous n'avez pas encore débuté je vous recommanderais de suivre l'ordre suivant :

👉 The Spirit Of Magic  

👉 The elemental equilibrium

👉 Wisdom for my younger self


Si vous n'avez pas beaucoup de temps, et que vous souhaitez réussir la création de vos miroirs magiques, lisez The elemental equilibrium. Vous ne le regretterez pas. Ce livre a transformé ma façon d'aborder le sujet. Déjà après avoir lu The Spirit of Magic, et Wisdom for my younger self, mon miroir ne ressemblait plus du tout à ce que j'ai pu évoquer plus haut.

La différence majeur réside dans l'idée que je m'en faisais. J'étais parti du postulat que je devais lister des qualités ou des défauts, sous leur forme générique. Mon miroir ressemblait à une liste comme celle-ci :

- Je manque de générosité

- Je manque de concentration

- Je manque de confiance en moi

- Je manque de courage

- Je suis indécis

... 


Or, aujourd'hui il ressemble plutôt à ceci :

- Je ne suis pas suffisamment concentré lorsque je lis une histoire à mon enfant. 

- Je manque de courage lorsque je dois faire une présentation en publique.

- Je ne donne pas suffisamment aux personnes qui dorment dehors.

... 


Vous voyez ? la différence est grande. En prenant cette approche, j'ai pu atteindre les 100 traits de caractères en quelques semaines. On obtient un miroir qui reflète vraiment notre personnalité dans notre quotidien. 

Les étapes suivantes consistent à associer un élément à chaque trait, ainsi qu'un chiffre selon l'impacte que ce trait a sur notre vie. Mais avec ça, vous devriez déjà avoir les bases pour créer votre miroir à une vitesse fulgurante.

🙏 Je tiens encore à remercier Virgil sans qui je n'aurais certainement pas pu avancer aussi vite. Toute ma gratitude pour ses écrits pleins de sagesse. 

Degré 1 - Plan mental

Le premier degré, pour l'entrainement magique du plan mental est subdivisé en 4 exercices.

Exercice 1 - Paix mentale ou contrôle des pensées

Le premier exercice consiste à s'asseoir, simplement, en prenant l'asana qui nous convient afin d'observer nos pensées.

Ayant pratiqué pendant près de deux ans, Zazen, qui est la forme de méditation de l'école Zen, je suis influencé par mon expérience.

Ici, il nous est demandé de simplement observer nos pensées. Rawn Clark, précise que nous devons être "un observateur actif" de nos pensées.

Je retrouve au travers de cet exercice les enseignements que j'ai reçu au travers du Zen. Au départ, les pensées sont nombreuses, nous assaillent, et l'on se fait emporter par l'une puis par l'autre. Le simple fait de rester assis, là, "sans but, ni profit", va mener à la diminution progressive des pensées.

Après plusieurs mois de pratique, c'est exactement l'expérience que j'ai pu constater.

Ma séance

Je me suis fixé actuellement pour objectif de pratiquer pendant 10 minutes par jour l'observation des pensées. Le Maitre préconise de pratiquer deux séances par jour, matin et soir. Pour le moment, je m’assure de pratiquer tous les jours une séance. Et dès que j’en ai l’opportunité j’ajoute une seconde séance.

Installation & préparation

Je m'assoie en demi-lotus, mais la position assise le dos droit sur une chaise fait très bien l'affaire.
Je prends quelques secondes pour me visualiser à la fin de la séance, ayant réussi mon exercice.
Enfin je lance un compte à rebours.

Objectif de ma séance

Mon seul et unique objectif durant cette séance est de réussir à rester observateur sans être happé par une pensée.

Après 2 semaines de pratique quotidienne, et selon l'heure à laquelle je pratique, cela m'arrive entre 0 et 3 fois. J'ai remarqué que pratiquer entre midi et deux n'était pas bénéfique pour moi. Mes séances les plus efficaces sont aux alentours de 21h30 - 22h00, une fois la digestion passée, et avant que le sommeil ne se fasse ressentir.

Pour chaque séance j’essaie de m’engager à faire le maximum pour atteindre l’objectif. Le piège est de croire que l’on pratique un entrainement magique, sous prétexte que l’on s’assied tous les jours pour méditer au même endroit. On peut en effet croire pendant de longues années que l'on s'est entrainé, sans jamais obtenir de résultats concrets.

Temps de pratique

Je ne souhaite pas viser trop haut dès le début. Les seances longues peuvent vite devenir des séances inutiles si l'on manque de motivation ou d'engagement.
Pour l'avoir vécu, je préfère privilégier des séances courtes mais efficaces. Je me suis fixé sur 10 minutes, l'objectif précisé par le Maitre.

Journal de pratique
20.02.22 - 10min - 2 absorptions
22.02.22 - 10 min - 2x 1/2 absorptions
23.02.22 - 10 min - 3 absorptions
24.02.22 - 10 min - 0 absorptions
24.02.22 - 10min - 1 absorption
25.02.22 - 10min - 4-5 absorptions(repas)
26-02-22 - 10min - 0 absorptions
27.02.22 - 10min - 0 absorptions
28.02.22 - 10min - 3 absorptions (repas)
01.03.22 - 10min - 1 absorption
02.03.22 - 10min - 3 absorptions (midi)
02.03.22 - 11min - 1 absorption - soir
03.03.22 - 11min - 0 absorption - midi
05.03.22 - 10min - 0 absorption - soir
06.03.22 - 10min - 0 absorption - soir

Exercice 2 - Pleine conscience

A magician seeks to be
completely responsible for all aspects of his life so that he frees up
the time he needs to train and to practice. - William Mistele

En parallèle du premier exercice, j'ai ajouté récemment la pratique de la pleine conscience. Maitre Bardon évoque cet exercice très brièvement. Pourtant, comme l'indique Virgil dans son livre The Gift To Be Simple, cet exercice est un exercice majeur à considérer pour évoluer. Il est même indispensable pour accélérer notre réussite. Virgil explique aussi que les 4 exercices présentés par le Maitre sont différentes facettes d'un même exercice.

Pour l'avoir mis en pratique, plus je passais de temps en pleine conscience dans ma journée, plus il m'a été facile de réussir l'exercice d'observation des pensées, sans être une seule fois absorbé par une pensée. Au delà du fait, que nôtre pratique assise s'améliore, on augmente ainsi notre temps de pratique considérablement.

Comment mesurer l'évolution de sa pratique ?

Pour ma part, je mesure mon évolution au nombre de fois où je prends conscience dans ma journée de la position de mon corps. Est-ce que je me tiens bien assis sur ma chaise de bureau ? Est-ce que ma respiration est légère ? Est-ce que mon diaphragme est contracté ou relâché ?

J'utilise aussi des penses-bêtes pour m'aider à augmenter le nombre de prise de conscience. Je pense que c'est un muscle qu'il nous faut entrainer quotidiennement. (Edit au 10 mai 2022 : j'ai abandonné la pratique des penses bêtes. Ils sont très vite éjectés de notre conscient. Après quelques jours on ne s'en rend plus compte. Il faut changer régulièrement pour maintenir une stimulation.)

Etant un grand rêveur, je me suis aperçu que lorsque je lis une histoire à mon enfant, il m'arrive de divaguer et de manquer de concentration. L'un de mes objectif pour mesurer mon évolution est de m'entrainer à rester 100% concentré sur la lecture de l'histoire. C'est vraiment un exercice que j'adore, car il me permet aussi d'offrir à mon enfant une plus grande présence.

Cela reste une mesure très personnelle. Il est nécessaire de définir soi même des axes d'améliorations sur lesquels on peut se baser.

Exercice 3 - Concentration

Edit au 20 mars 2022
L'exercice sur la concentration, est l'exercice du plan mental que je trouve le plus difficile. Etant facilement emporté par mon mental au quotidien, je me rends bien compte à quel point il m'est difficile de rester concentré profondément sur une seule chose.

Le cadre de ma pratique est le même que pour le premier exercice.

La difficulté majeure que je rencontre est celle de l'instabilité. Maitre Bardon conseille de former une image mentale et de s'y tenir pendant 10 minutes. J'ai testé différents objets, aliments, concepts. Et j'ai obtenu différents résultats. Prenons l'exemple d'un citron. Je m'installe, je m'imagine un citron jaune, avec tous les détails possible. Seulement, après quelques minutes, mon citron est coupé en deux. Il y a un morceau de glace entre les deux, et impossible de les rassembler. Je passe 10 minutes à tenter sans y arriver. Malgré tout, j'ai quand même passé 10 minutes concentré sur le citron.

J'ai constaté qu'il m'était plus simple d'utiliser des objets ancrés dans ma mémoire profonde. Si je prends l'exemple de mon vélo, l'image est beaucoup plus stable.

Journal de pratique
07.03.22 - 10min - 0 absorption - soir - patience
08.03.22 - 10min - 5/6 perturbations - fin de journée - une bulle dans le ciel
09.03.22 - 10min - 3/4 coupures - soirée - maître de tai chi vêtu de blanc
10.03.22 - 10min - 3 coupures - soirée - maître de tai chi vêtu de blanc
11.03.22 - 10min - 3 coupures - midi - maître de tai chi vêtu de blanc
12.03.22 - 10min - 0 coupure - matin au réveil - balais ménager
13.03.22 - 10min - 0 coupure - soir - Vélo
14.03.22 - 10min - 2 coupures - 15h - Velo
14.03.22 - 10min - 0 coupure - soir - grille pain
15.03.22 - 10min - 3 coupures + beaucoup d’images - midi - Mug a thé
17.03.22 - 10min - 2 coupures - matin - Velo
17.03.22 - 10min - 2 coupures - soir - citron jaune
18.03.22 - 10min - 3 coupures - matin - ciel bleu
18.03.22 - 10min - 1 coupure - 17h - Bol tibétain
19.03.22 - 10min - 1 coupure - matin - lune
19.03.22 - 10min - 1 coupure - soir - mediter sous l’eau
20.03.22 - 10min - 1 coupure - 15h - Symbole M.Bardon

Par ailleurs, William Mistele, pour cet exercice semble vraiment moins exigeant :

The idea, however, is to train your mind so you have a habit of focusing without distraction. - William Mistele

Il parle même de son expérience, lorsqu'il passât presque une journée plongé dans l'idée qu'il jouait à un jeux vidéo. Je pense donc que l'idée n'est pas d'avoir une image parfaite, mais plutôt de réussir à maintenir pendant 10 minutes une concentration parfaite sur un sujet.

Des sujets que j'ai bien aimé pratiqué récemment sont ceux de la lune et du soleil. Je me suis imaginé à visualiser une boule de feu en fusion, d'une puissance extraordinaire. Ou de notre satellite, avec ses cratères, ses aspérités, et la lumière qui l'a traverse....

De nombreux conseils précieux sont dispensés dans son article sur le degré 1 du plan mental que vous pouvez retrouver juste ici :
👉 William Mistele's blog chapitre 1 plan mental

Bien sur, son blog regorge d'articles exceptionnels que je vous conseille de lire.

Exercice 4 - VOM

Edit au 10 avril 2022
J'ai remarqué que mon regard et ma conscience étaient focalisés au niveau de la tête. Cela m'aide a me focaliser sur le vide, surement dans l'idée de vider ma tête de toute pensée. C'est quelque chose que j'avais également constaté lors de la pratique du premier exercice. L'avantage est que suis bien plus attentif à toute pensée.

Il est clair que c'est un exercice de concentration. Ce qui a tendance à générer une certaine tension mentale. Il m'est plus difficile d'entrer dans un état de détente. Lorsque je pratique Zazen, je recherche l'équilibre entre la tension, rester vigilant sur la posture et le souffle, et la relaxation, ne pas créer de tension musculaire, émotionnelle ou mentale. Pour le moment, pour cet exercice, je n'ai pas encore réussi à le pratiquer en trouvant cet équilibre. J'ai le sentiment que je dois tendre vers ce but. Mais la corde sur laquelle on se maintient est très fine. Et l'attention peut vite déraper...

La fatigue est également un facteur determinant dans la réussite de mes séances. Les jours où le sommeil me prend il est quasiment impossible de maintenir un état d'alerte suffisant.

Journal de pratique
21.03.22 - 10min - 3 coupures - soir
27.03.22 - 10min - 1 coupure - matin
28.03.22 - 10min - 2 coupures - matin
29.03.22 - 5min - 0 coupures - matin
29.03.22 - 5min - 1 coupure - matin
30.03.22 - 6min - 0 coupure - matin
30.03.22 - 6min - 1 absorption - midi
31.03.22 - 7min - 0 absorptions - soir
01.04.22 - 8min - 1 absorption - midi
03.04.22 - 8min - 2 coupures - soir
04.04.22 - 8min - 2 coupures - soir
05.04.22 - 8min - 1 coupure - matin
06.04.22 - 8min - 0 coupure - soir
07.04.22 - 9min - 3 coupures - soir
08.04.22 - 9min - 1 coupure - soir

10.04.22 - 8min - 2 coupures - 16h
10.04.22 - 9min - 0 coupure - soir
11.04.22 - 9min - 1 coupure - soir
13.04.22 - 9min - 1 coupure - matinée
14.04.22 - 9min - 0 coupures - soir
15.04.22 - 10min - 1 coupure - matin
16.04.22 - 10min - 3 coupures - fin APM plage
20.04.22 - 10min - 3 coupures - milieu APM
22.04.22 - 10min - 3 coupures - APM
23.04.22 - 10min - 2 coupures - matin
24.04.22 - 10min - 3 coupures - APM
25.04.22 - 10min - 0 coupure - soir
26.04.22 - 10min - 1coupure - APM
27.04.22 - 10min - 1 coupure - matin
27.04.22 - 10min - 0 coupure - APM

Edit au 10 mai 2022
Si je devais prendre du recul sur ce premier degré, et la façon dont il est possible de gagner du temps, je dirais qu'il est indispensable de se documenter sur la pleine conscience. Soit en suivant un cours spécialisé. Soit en se rendant auprès d'un centre Zen. Soit en lisant des livres. Puis bien sur de l'appliquer au quotidien.

Virgil, insiste particulièrement dans ses livres sur cette pratique essentielle pour accélérer la réussite des exercices.

La question la plus délicate pour moi a été d'être un juge objectif sur le niveau de pratique atteint. Il est facile de se mentir à soi même. Nous passons une grande partie de notre vie à nous mentir et à mentir aux autres. Si vous n'avez pas lu le livre Fragments d'un enseignement inconnu, de Ouspensky, vous ne comprendrez peut être pas ce que je veux dire par là. Alors, lisez-le. Je vous le recommande chaudement.

Ce qui m'a permis d'auto valider cette étape, a été de constater que pour chaque exercice, j'avais pris le temps d'y travailler. Et qu'ils avaient suffisamment infusé en moi, pour en comprendre le fonctionnement. Je ne les maitrise pas. Et je ne crois pas que ce soit possible en quelques mois. Mais ils feront parti de mon quotidien durant les prochains degrés.

Pour la pratique du vide mental en particulier, avoir réalisé qu'il existe un temps entre deux pensées que l'on peut observer. Et que l'on peut étirer est un bon début. Il me semble avoir lu ceci dans l'un des livres de Virgil... 🙏

Je n'ai touché qu'une infime partie du sujet, mais je suis déjà reconnaissant pour ça.

Sur la perception d’une pensée

La pratique du niveau 1, exercice 1, du plan mental m’amène à réfléchir sur la forme ou la façon dont je perçois une pensée pendant l’exercice.

Pour rappel, l’exercice consiste à s’asseoir en prenant l’asana qui nous convient, puis à observer nos pensées.

J’ai constaté avec le temps que mes pensées se présentent sous deux formes. Ou plutôt devrais-je dire qu’elles peuvent être réceptionnées, décryptées, par deux canaux différents. Celui de la parole intérieure, et/ou celui de la pensée sensitive.

Lorsqu’une pensée, se manifeste par le canal de la parole intérieure (le mono dialogue), il est pour moi bien plus délicat de la sentir venir et de la stopper sur le champ.

Ce qui n’est pas le cas lorsqu’elle se manifeste par le canal sensitif. Ce que je nomme ici canal sensitif, signifie l’interprétation d’une idée au travers d’un des 5 sens. Une image, un son, pour le plus souvent. J’imagine que cela correspond à mes sens majeur.

Ce qui est étonnant, c’est que lorsque le canal sensitif est utilisé, je ressens presque la vibration de la pensée en avance. Et je peux la stopper si je le souhaite assez rapidement.

Avec la parole intérieure, c’est bien plus insidieux. Et généralement, le dialogue a déjà démarré avant que j’en prenne conscience.

Jusqu’à quel point, l’être humain peut il vider son esprit, et libérer ses canaux de pensées ?