Puis,

Quand je regarde loin,
Je ne vois rien
Quand je réfléchis bien,
Je ne sais rien
Puis,

Je ne me souviens de rien.
Seulement, là, rien ne me rend plus heureux.
Même si le loin me fait peur car le flou, c’est ce qui est fragile.
Or le flou c’est aussi intérioriser le monde extérieur. Cette matière diffuse qui appelle l’Invisible.
Le courant vital du souffle ou, infini, du fleuve.


More from Sam Cornil