S

Studium

Chanson d’Automne

Poèmes saturniens (1866), Paul Verlaine

verlaine-chanson-d'automne

Les sanglots longs
Des violons
  De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
  Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
  Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
  Et je pleure ;
Et je m’en vais
Au vent mauvais
  Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
  Feuille morte.

Questions

Première strophe

  1. Quelle est la saison évoquée ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. À quelle sensation cette saison est-elle associée ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Quel sentiment le poète éprouve-t-il alors ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Quel est le seul verbe de cette première strophe ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Observez la mise en page et la ponctuation. Qu’en déduisez-vous ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Deuxième strophe

  1. De quelle heure est-il question ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Quelles sont les réactions physiques éprouvées par le poète ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Comment le poète fait-il pour lutter contre cette peur ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Troisième strophe

  1. Quelle est la comparaison établie dans cette strophe ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

  1. Que suggère cette comparaison ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Illustrations

  1. Les sanglots longs des violons de l'automne (1911) par Frédéric-Auguste Cazals | 2. Portrait de Paul Verlaine

Tomek, partie 4 - Une île

Tomek, partie 4 - Une île

La Rivière à l'envers, tome 1, Tomek de Jean-Claude Mourlevat

mourlevat-riviere-chp-11-14-640x240.jpg

Lecture

Dans La Rivière à l'envers, tome 1, Tomek de Jean-Claude Mourlevat, lisez les chapitres suivants avant de répondre aux questions de compréhension.

  • Chapitre XI La neige (à partir de la p. 109)
  • Chapitre XII Bastibal
  • Chapitre XIII L'Île Inexistante
  • Chapitre XIV Une devinette

Questions

Dans la bibliothèque du village des Parfumeurs, Tomek fait la connaissance du capitaine Bastibalagom. C'est un gaillard à barbe rousse qui commande un navire qui chaque année fait la traversée de l'océan pour vendre des parfums. Au cours de la conversation, on apprend qu'un grand nombre de navires a disparu !

1. Page 111 - Relevez les noms de quelques navires disparus. Que signifie la lettre A placée à côté du nom de certains d'entre eux ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2. Page 114 - Quel est le nom du navire sur lequel Tomek va embarquer ? Combien d'hommes compte l'équipage ? Qu'emporte-t-il dans ses cales et que doit-il rapporter au retour (page 121) ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Page 123 - « C'est le lendemain de ce jour, vers neuf heures du matin qu'un jeune mousse vint taper trois petits coups à la porte de la cabine de Tomek. - Tout le monde sur le pont, ordre du capitaine. » Quel phénomène naturel provoque la mobilisation générale sur le navire ? Pour répondre, complétez la phrase suivante (p. 124) : « Les matelots se tenaient debout. Aucun d'eux ne parlait. Droit devant le bateau, un _ _ _ - _ _ - _ _ _ _ somptueux. » Complétez les extraits en recopiant les mots qui décrivent la beauté de ce phénomène.

  • Page 124 : « [Ce phénomène] décrivait dans l'azur une arche _ _ _ _ _ _ _ _ et _ _ _ _ _ _. »
  • Page 125 : « [Les matelots] s'engagèrent sous la voûte _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ . »
  • Page 126 : « On ne pouvait imaginer un _ _ _ _ _ _ _ _ _ plus _ _ _ _ _ _ _ _. Les couleurs se mêlaient aux embruns et cela faisait une poussière de gouttelettes _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ qui vous rafraîchissaient le visage puis qui éclataient ensuite en _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _, comme celles que produisent les _ _ _ _ _ _. »

4. Page 127 - « Vaillante glissa encore quelques minutes dans le silence [de l'océan], puis un matelot pointa son doigt devant lui et dit d'une voix faible : - Là-bas, terre ! » Sur quelle île les marins vont-ils accoster ? Expliquez le nom de cette île (voir page 131).
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5. Page 131 - Quel « étrange phénomène s'est produit sur l'île [...] il y a cent ans de cela » ? Dans cette situation inédite et inquiétante, comment la population s'est-elle renouvelée ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6. Page 137 - Il fait bon vivre sur cette île, pourtant Tomek éprouve le besoin de reprendre la mer. Pourquoi (voir page 147) ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

7. Page 139 - Quel nouveau danger Tomek affronte-t-il ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8. Pages 140 et 141 - Quelle créature étrange Tomek rencontre-t-il ? Précisez la position qu'elle occupe.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

9. Page 143 - Recopiez la devinette à laquelle Tomek doit répondre pour avoir la vie sauve et pour poursuivre son voyage. Quelle est la réponse à cette devinette ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

10. À quelle célèbre énigme antique et à quels personnages mythologiques cette scène fait-elle penser ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

La chronologie

La chronologie

Qu'est-ce qu'une frise chronologique en cours d'histoire ?

frise chronologique

Une frise chronologique est une flèche qui représente le cours du temps.

En suivant la flèche de gauche à droite, on découvre la chronologie des événements historiques, c'est-à-dire l'ordre dans lequel ils se sont produits (à gauche, les événements d'un passé lointain ; à droite, les événements les plus récents).

Qu'est-ce que l'ordre chronologique dans un récit ?

L’ordre chronologique, c’est la succession des actions dans le temps. Pour écrire un récit simple, il faut suivre l’ordre chronologique en respectant un schéma traditionnel. Ainsi faut-il commencer par le commencement et finir par la fin ! Facile à dire, mais pas facile à faire quand il s’agit de mettre de l’ordre dans les actions dans lesquelles le personnage est engagé. Pour cela, il faut utiliser des mots-outils (appelés connecteurs temporels) comme d’abord, ensuite ou enfin.

Exercices

Exercice 1 - La légende de Sainte Austreberthe

Au Moyen Âge, Saint Philibert fonda l'abbaye de Jumièges et, à quelques kilomètres de là, à Pavilly, se trouve une abbaye de femmes, que dirigea Sainte Austreberthe. Le monastère de Pavilly était alors chargé de l'entretien du linge des moines de Jumièges.

Retrouvez l'ordre logique de cette histoire en numérotant les cinq paragraphes qui ont été mélangés !

A. Le lendemain, inquiète, elle fit à rebours le chemin que l'âne avait coutume de parcourir. En pleine forêt, elle aperçut du linge déchiré, éparpillé parmi les buissons et, plus loin, les fragments d'un panier en osier. Nul doute que le porteur fut tué par un loup. Sainte Austreberthe, à la voix merveilleuse et douce, appela alors le loup qui rôdait encore aux alentours. L'abbesse lui tint alors ce propos : « Frère loup, vous êtes un assassin. » II s'approcha aussitôt d'elle et nia avoir dévoré l'âne. Il fut ensuite longuement questionné et avoua enfin, car à cette époque-là, les bêtes parlaient comme vous et moi.

B. Et jusqu'à son dernier jour, il accomplit son devoir avec un sérieux et un repentir qui firent l'étonnement de tous.

C. Mais un soir, Sainte Austreberthe, la maîtresse de l'âne, attendit en vain le messager.

D. Suite à ces aveux, Sainte Austreberthe décida de pardonner au loup à une seule condition : il devrait remplacer en sa charge de messager l'âne qu'il avait dévoré. Le loup, torturé par les remords, écouta avec attention.

E. Il y avait dans la Normandie du Moyen Âge un âne assez intelligent pour porter le linge d'une abbaye à une autre. Tous les jours, il faisait seul, à travers la forêt, ses voyages d'aller et retour.

Comment avez-vous procédé pour respecter l'ordre chronologique des événements ? Avez-vous eu besoin de tout lire ? Quels éléments du texte vous ont aidés ? Entourez-les dans le récit. Comment appelle-t-on ce type de mots ?

Le lion de Tristan Bernard

Exercice 2 - Le Lion de Tristan Bernard.

Retrouvez l'ordre logique de cette histoire en numérotant les huit paragraphes qui ont été mélangés !

A. « Mon Dieu ! disait-elle, je vous ai toujours aimé et servi et je ne vous ai jamais rien demandé en échange. Je n'ai au monde que ma sœur que j'adorais. Faites un miracle : faites rentrer la vie dans cette chambre que la mort a désolée. »

B. Alors il lui sembla entendre la voix du Tout-Puissant qui disait :

C. La vie était revenue dans cette chambre ; les mouches mortes, collées sur la glace, étirèrent leurs petites pattes, firent scintiller leurs yeux à mille facettes et s'envolèrent joyeusement au plafond. La vie était revenue dans la chambre !

D. La tristesse et la désolation étaient dans cette chambre. La pauvre femme était étendue sur son lit, toute blanche, les mains jointes sur la poitrine. On venait de lui fermer les yeux. Au pied du lit, sa sœur, les mains jointes, priait :

E. Le lion de la descente de lit ouvrit une gueule énorme... et mangea tout le monde...

F. Un petit oiseau empaillé, qui se trouvait sur un chapeau, dans un buisson de rubans et de fleurs de papier, se mit à battre des ailes, poussa un cri joyeux et s'envola, lui aussi, alla se poser sur la tête d'un meuble où il chanta un petit chant de victoire...

G. « Tu me demandes d'établir là un précédent bien dangereux. J'ai décidé, une fois pour toutes, que la mort était un événement définitif et irrévocable. Autrement, mon administration se serait trouvée à chaque instant en face de difficultés sans nombre. Mais enfin, tu es, en effet, une fille d'une piété tout à fait exceptionnelle. Je suis un sentimental. Tu as peut-être tort de me demander de transgresser ainsi mes principes... Je ne discute pas : sois exaucée ! »

H. ... A peine avait-il dit ces mots que les paupières de la morte battirent ; son sein se souleva ; ses lèvres s'entrouvrirent ; la vie était revenue dans cette chambre que la mort avait désolée.

Illustration

Portrait de Tristan Bernard (XIXe siècle) par Henri de Toulouse-Lautrec

Le personnage de l'ogre

Le personnage de l'ogre

I. Les caractéristiques de l'ogre

L'ogre est un personnage monstrueux qui dévore les enfants. Monstrueux ! Qu'est-ce que cela veut dire ? Voici la définition du dictionnaire Le Robert Collège :

définition du mot Ogre

A. Portrait physique

Tout en gardant la physionomie générale d'un être humain, l'ogre est un géant qui souvent n'a qu'un seul œil au milieu du front. Certaines caractéristiques physiques le rapprochent d'un animal : des dents pointues de carnassier et un odorat très développé. Comme un prédateur, il sent « la chair fraîche. »

B. Portrait moral

L'ogre se montre cruel et violent pour satisfaire son appétit en dévorant des enfants. Toutefois, il est bien souvent stupide et se laisse berner facilement par un héros plus malin que lui.

II. Un personnage imaginaire

A. Origine mythologique

Le mot ogre vient certainement du latin orcus qui signifie Enfers. Les contes trouvent leur origine dans les mythes antiques où des héros croisent des créatures monstrueuses (le titan Chronos, le Minotaure dans le labyrinthe, le cyclope Polyphème, etc.) qui elles aussi dévorent des humains.

B. Présence dans les contes merveilleux

Comme la fée ou la sorcière, l'ogre est un personnage merveilleux, au sens où il n'appartient pas au monde réel et possède des aptitudes ou des moyens surnaturels. Par exemple, dans Le Petit Poucet, l'ogre possède un objet magique : ce sont des bottes magiques qui s’adaptent à la taille de celui qui les chausse et permettent de parcourir sept lieues (environ 35 kilomètres) en une seule enjambée. Dans Le Chat Botté, l'ogre est doté du pouvoir de se métamorphoser tantôt en lion... tantôt en souris.

L'ogre habite toujours dans un lieu à l'écart du monde : parfois, une lueur à la fenêtre d'une cabane dirige les pas des enfants vers un lieu sombre et effrayant au milieu de la forêt ; parfois, une maison en pain d'épice couverte de sucreries détourne les enfants pour les précipiter dans la gueule du monstre ; parfois encore un château merveilleux éblouit et attire les enfants dans un piège comme de petits insectes.

Ogres du monde entier

C. Des ogres dans le monde entier

  1. En Allemagne - Krampus est un monstre mi-homme mi-chèvre vivant dans les montagnes des Alpes. Il figure sur de nombreuses cartes postales pendant la période des fêtes de fin d'année. Il agit souvent au côté de Saint Nicolas, celui-ci donnant des cadeaux aux enfants sages, alors que Krampus donne des punitions aux enfants désobéissants, menaçant même de les dévorer.

  2. Au Japon - Oni est un ogre du folklore traditionnel japonais. Dans le célèbre conte Issun Bôshi, il avale le héros, un tout petit garçon armé d'une aiguille en guise d'épée. Le minuscule guerrier le pique alors de l'intérieur. Oni le recrache et s'enfuit, faisant de lui un héros.

III. Fonction de l'ogre dans les contes

Le jeune lecteur s'identifie au héros. L'apparence physique de l'ogre et son caractère prédateur provoquent d'abord la peur. Le héros doit la surmonter pour réussir sa mission et accomplir son destin. Le héros fait alors appel à son intelligence pour gagner face à ce monstre cruel dont la stupidité prête souvent à rire. C'est là la belle leçon que tire le jeune lecteur !

Qu'est-ce que le merveilleux ?

Qu'est-ce que le merveilleux ?

chat-devant-miroir-collage.jpg

Il faut distinguer le récit réaliste et le récit merveilleux !

I. Le récit réaliste

Dans le récit réaliste, le narrateur décrit les personnages et relate les événements avec une telle vraisemblance qu’on les croirait empruntés à la vie réelle.

II. Le récit merveilleux

Dans le récit merveilleux, le narrateur ne respecte pas la vraisemblance. Il place d’emblée le lecteur dans un univers surnaturel en marge du monde réel. Il s’y produit des phénomènes étranges : métamorphoses, miracles, interventions divines, etc.

Dans le récit merveilleux, le personnage principal s’appelle le héros ou l’héroïne. Il est doué de qualités physiques et morales exceptionnelles qui lui permettent de surmonter les épreuves et de faire triompher le bien.

Au fil de ses aventures, le personnage principal croise des créatures imaginaires, maléfiques ou bénéfiques : enchanteurs, fées, magiciens, sorcières, dragons, monstres, etc.

Mémento

Le récit merveilleux se déroule dans un univers surnaturel : le héros croise des créatures imaginaires, maléfiques ou bénéfiques. Il est doué de qualités physiques et morales exceptionnelles qui lui permettent de surmonter les épreuves et de faire triompher le bien.

Tradition et modernité des contes

Tradition et modernité des contes

Tradition et modernité des contes

Les contes merveilleux se présentent sous forme de courts récits : ils appartiennent donc au genre narratif.

Ils sont universels, c'est-à-dire qu'ils voyagent dans tous les pays et dans toutes les cultures. Par exemple, l'histoire d'une fillette au capuchon rouge était déjà déclinée sous le titre de Zhongguo TongHua dans la lointaine province du Henan en Chine quand Charles Perrault publia Le Petit Chaperon Rouge en 1697.

Ils sont intemporels, c'est-à-dire qu'ils se transmettent à travers les siècles, de génération en génération. Les contes ont été longtemps rapportés et sans cesse remaniés par ceux que l'on appelait les conteurs de veillées en Europe ou les griots en Afrique. Cette transmission orale explique que de nombreux contes soient restés anonymes.

Plus tard, certains contes traditionnels sont entrés dans les livres sous la plume d'auteurs devenus classiques tels Charles Perrault. D'autres ont été inventés par des auteurs modernes tels Marcel Aymé. La lecture d'un recueil de contes étrangers est aussi un véritable dépaysement qui rappelle que les préoccupations quotidiennes sont les mêmes parmi tous les hommes.

À travers les aventures des principaux personnages, les contes engagent le lecteur à réfléchir sur la façon de conduire sa vie et lui transmettent une morale implicite.

Mémento

Les contes sont universels, c'est-à-dire qu'ils voyagent dans tous les pays et dans toutes les cultures. Ils sont intemporels c'est-à-dire qu'ils se transmettent à travers les siècles, de génération en génération. Certains sont entrés dans les livres, mais ils ont longtemps connu une transmission orale. Les contes engagent le lecteur à réfléchir sur la façon de conduire sa vie et lui transmettent une morale.

Illustrations

(1) Le Petit Chaperon rouge (1911) par Jessie Willcox Smith. Source : Wikimedia Commons | (2) Le Petit Chaperon chinois adapté par Marie Sellier et illustré par Catherine Louis | (3) Les histoires du Petit Chaperon rouge racontées dans le monde adaptées par Gilles Bizouerne et illustrées par Julia Wauters

Indicatif imparfait

Indicatif imparfait

1. Terminaisons

Les terminaisons des verbes conjugués à l'indicatif imparfait sont :

  • (je) -ais
  • (tu) -ais
  • (il, elle, on) -ait
  • (nous) -ions
  • (vous) -iez
  • (ils, elles) -aient

2. Infinitif -Cer

Les verbes en -Cer prennent un Ç cédille devant -ais, -ait, -aient.
Exemples : je lanÇais, tu lanÇais, il lanÇait, nous lancions, vous lanciez, ils lanÇaient

3. Infinitif -Ger

Les verbes en -Ger conservent un E devant -ais, -ait, -aient.
Exemples : je mangEais, tu mangEais, il mangEait, nous mangions, vous mangiez, ils mangEaient

4. Infinitif -GUer

Les verbes en -GUer conservent le -U- à toutes les personnes.
Exemples : je navigUais, tu navigUais, il navigUait, nous navigUions, vous navigUiez, ils navigUaient

5. Infinitifs -eLer et -eTer

Les verbes en -eLer et en -eTer ont un seul L ou un seul T à toutes les personnes.
Exemples : je jeTais, tu appeLais, il chanceLait, nous épeLions, vous projeTiez, ils étinceLaient

6. Terminaisons difficiles à prononcer

Aux deux premières personnes du pluriel (nous et vous), les verbes suivants gardent bien une terminaison en -ions ou -iez !

  • Les verbes en -yer s'écrivent -yi- : nous balayions, vous nettoyiez
  • Les verbes en -ier s'écrivent -ii- : nous criions, vous souriiez
  • Les verbes en -iller s'écrivent -illi- : nous habillions, vous travailliez
  • Les verbes en -gner s'écrivent -gni- : nous gagnions, vous signiez

7. Une astuce pour former les verbes à l'indicatif imparfait

L'indicatif imparfait est facile à former puisque pour tous les verbes (sauf le verbe être) il se forme à partir de la première personne du pluriel (nous) de l'indicatif présent. On enlève la terminaison -ons du présent et on la remplace par les terminaisons de l'indicatif imparfait.
Exemples :
dire > nous DISons (au présent) > nous DISions (à l'imparfait)
prendre > nous PRENons (au présent) > nous PRENions (à l'imparfait)
boire > nous BUVons (au présent) > nous BUVions (à l'imparfait)