Les liens suisses de Ghislaine Maxwell révélés

La femme accusée d'être complice de longue date du délinquant sexuel Jeffrey Epstein aurait stocké 4 millions de dollars sur un compte bancaire offshore suisse. Elle se bat actuellement pour être libérée sous caution.

Ghislaine Maxwell a caché au moins 4 millions de dollars sur un compte bancaire suisse, selon les procureurs du district sud de New York, ou SDNY, en réponse à sa demande de libération sous caution. L'arrestation de la socialite britannique de 58 ans la semaine dernière sur des accusations fédérales, notamment pour incitation à des mineurs et trafic sexuel, est le dernier chapitre de l'effort de plusieurs années des victimes de Jeffrey Epstein pour la justice.

Les finances opaques d'Epstein, décédé par suicide en août, ont causé des problèmes aux gestionnaires de fortune. La semaine dernière, la Deutsche Bank a versé 150 millions de dollars aux responsables de New York pour la gestion de la richesse d'Epstein. Le patron de Barclays, Jes Staley, est examiné par des responsables britanniques sur sa relation avec le financier en disgrâce qui a duré 15 ans et deux gestionnaires de fortune - J.P. Morgan, alors la banque britannique.

Tinfoil Mobile

Les procureurs du SDNY n’ont pas identifié la banque suisse qui, selon eux, Maxwell aurait caché de l’argent ou créé une fiducie pour elle en Suisse. Le document de caution fait également référence à une banque britannique non divulguée. Maxwell, une héritière aux relations impeccables, a été attrapée la semaine dernière dans une maison de luxe recluse du New Hampshire qu'elle a achetée - avec plus d'un million de dollars en espèces - l'année dernière.

Les procureurs ont détaillé comment les agents qui ont procédé à l'arrestation ont trouvé un téléphone portable enveloppé dans du papier d'aluminium - apparemment «l'effort malavisé» de Maxwell pour échapper à la détection. Elle semblait être gardée par d'anciens officiers du renseignement britanniques - et transférait de l'argent, y compris dans les comptes suisses aussi récemment que l'été dernier.

Maxwell ne semblait pas préparée lorsque des agents fédéraux sont descendus chez elle dans le New Hampshire pour l'arrêter. «À travers une fenêtre, les agents ont vu l'accusé ignorer la direction pour ouvrir la porte et, à la place, essayer de fuir vers une autre pièce de la maison, fermant rapidement une porte derrière elle», a écrit le SDNY.

Hobnobbing avec la royauté

Maxwell, d'une valeur de 10 millions de dollars et ayant des résidences dans plusieurs pays, est précisément le type de client complexe et multi-étayage que les gestionnaires de fortune recherchent. Son rôle présumé dans le trafic et les abus d'Epstein émerge à travers de nombreux récits de ses victimes; elle et Epstein auraient également été empêtrés financièrement - bien que les procureurs n'aient pas détaillé cela.

Membre de la classe aisée britannique, Maxwell a présenté à la royauté Epstein, né à Brooklyn (le prince Andrew a été démis de ses fonctions actives en raison de son association avec le couple). La famille de Maxwell était au centre de l'un des plus grands scandales en Grande-Bretagne ces dernières années: son père, le magnat des médias Robert Maxwell, est décédé dans des circonstances mystérieuses en 1991 après avoir disparu d'un yacht de luxe - nommé Lady Ghislaine.

Risque de vol

Un manque à gagner de 460 millions de livres (580 millions de dollars) dans un fonds de pension de l'entreprise Maxwell a été découvert peu de temps après sa mort. Ghislaine a effectivement fui à New York, où elle a commencé à tenir compagnie à Epstein. Une étudiante à Oxford, Anne McElvoy, a suggéré le mois dernier que pour Maxwell, Epstein «est devenue le centre de sa vie et le vortex» lorsque ses propres entreprises ont échoué.

Un juge doit décider si Maxwell, actuellement détenu dans une prison fédérale de Brooklyn, peut être libéré sous caution. Maxwell veut être libérée moyennant une caution de 5 millions de dollars alors qu'elle attend son procès, sous réserve de confinement à domicile et de surveillance électronique. Les procureurs de SDNY font valoir son argent - y compris en Suisse - et la solitude fait d'elle un risque de fuite «extraordinaire».

Sources


You'll only receive email when anonyx publishes a new post

More from anonyx