Regard ou considération assidue qui met en œuvre une approche simple des choses et des situations. Elle mobilise indistinctement les sensations et l'intelligence en dehors de tout processus scientifique neutre et objectivé.
7467 words

Why Blockchain is Not the Answer

Source : https://medium.com/@jimmysong/why-blockchain-is-not-the-answer-3b7d5f612d11

Auteur : https://medium.com/@jimmysong

There’s a persistent myth that blockchain tech is brand new and that if only given enough time, somebody will make something that’s useful for something other than money. This is what I call the “blockchain, not Bitcoin” syndrome and in this article, I’m going to dispel the myth that uses for blockchain are just around the corner, that they’re going to add decentralization to all the things, and that it’s some revolutionary new tech.

The concept is about as bankrupt as the company whose logo which this imitates.

Blockchain not Bitcoin is 5 years old already

Corporate obsession with blockchain started in 2014, shortly after Bitcoin got on their radar. Instead of paying attention to the revolutionary, innovative, decentralized and digitally-scarce money that is Bitcoin, they instead took a concepts from the software and called it “blockchain”.
Multiple industry groups were found at this time, like Hyperledger and R3 as well as companies like Digital Asset Holdings that tried to create a market around this tech.

What they had in common was the use of the word blockchain as a panacea for a bunch of problems in all sorts of industries. In typical corporate fashion, they took the word “blockchain” and bastardized it to mean whatever they wanted it to mean.

Ignorance meets hype

The life that the word “blockchain” took on around 2015 was incredible. Tons of people, especially people that weren’t technical, often with only a vague sense of how Bitcoin worked, were saying things like “I believe in the technology, but I don’t believe in Bitcoin”. This was apparently the “consensus” response for business-types that wanted to seem like they were current on the technology.

You can understand why for two reasons. First, Bitcoin’s reputation from 2011 to 2015 or so, and to some degree today, was unsavory. Bitcoin was associated with activities like buying drugs, paying for an ad on backpage or even being an anarcho-capitalist/libertarian/Ron Paul crazy. Second, by praising the technology, an executive could appear to be on the leading edge of something that’s too technical for others to question effectively.

In other words, endorsing “blockchain” and not Bitcoin gave many business-types the appearance of expertise and knowledge about the topic without all the unsavory connotations associated with Bitcoin at the time. What’s clear from the subsequent actions is that they had no idea what blockchain was and seeded the consequences of their own ignorance.

Their ignorance led to mediocre engineers with very little understanding of incentive systems, game theory or even public key cryptography to masquerade as blockchain experts. These “experts” bamboozled business-types into believing that the solution to the biggest problem for a particular industry could be built with a blockchain, some developers and some money. But we’re getting ahead of ourselves. Before the full fledged “blockchain, not Bitcoin” syndrome caught fire, plenty of fuel in the form of hype preceded it.

Blockchain: the Panacea for All Ills

This pretense of knowledge led to books like The Blockchain Revolution, which promised fixes to pretty much every sector in the economy while giving just enough tantalizing technical concepts in vague enough terms that many executives felt the adolescent fear of missing out on the new technical trend of “blockchain technology”.

To be fair, many were taken in by promises of solutions to real problems for their industry. For health care, “blockchain” would somehow make patient history available to care providers at exactly the right time without violating patient privacy. For law, “blockchain” would somehow create perfectly fair contracts without the need for expensive lawyers. For supply chains, “blockchain” would somehow prove whose fault it was that some parts were substandard or that not enough parts were delivered. For art, music and TV, “blockchain” would somehow reward the creators what they were due while combating piracy and taking out the middle men. For online ads, “blockchain” would somehow make tracking accurate, reduce fraud and take out the many different middle men that collectively take a large portion of the profit. We could go on and on and on about the impossibly difficult problems that “blockchain” supposedly would solve.

It’s not a coincidence that these promises correspond to giant problems in each industry. Blockchain became a blank canvas onto which any problem could be painted as being solvable. Literally hundreds of startups and industry consortiums, many using ICOs, promised to solve the biggest inefficiencies in every industry using “blockchain”.

Many of these startups were created by veterans of a given industry who thought that the only missing piece was developers to write the blockchain system that would solve everything. They reasoned that they had the expertise to know what the problems were and that getting a few blockchain experts would be all that would be needed to make their industry so much better and create tremendous profit for themselves.

The Reality of Blockchain

This would work if only these developers could deliver on what the industry veterans wanted! How hard could it be to make a flawless, auditable, decentralized, encrypted database that execute terabytes of smart contracts quickly and efficiently using oracles that check each other using zero-knowledge proofs? Surely a few lines of code in Solidity could create a scalable, provably correct, maintainable system that would solve the biggest pain points of industry X, right? Well, no.

No, because no such explanations exist
Blockchain became a meaningless buzzword that meant “solving the biggest challenge in industry X” using fancy jargon to convince people that the challenge could be met. The reality was far different. What most of these startups discovered is that blockchain is not a panacea. They ran head first into problems that we’ve known for a long time like the oracle problem, or the consensus problem, or the analyzability of Turing-complete contracts, or the free rider problem. It turns out blockchain, far from being a panacea is actually a hindrance to creating these solutions because of the requirement, at least nominally, of decentralization.
To make matters worse, the developers tasked with creating these systems were often completely ignorant about user and node incentives and possible exploits in an adversarial environment.

The Utter Failure

The results of such shenanigans are sadly predictable. When you promise more than you can deliver with mediocre talent in a technology that few people understand, you’re not going to be able to deliver much. Most of these efforts have accomplished nothing. The few that created proof-of-concepts have not progressed to full-fledged products. The few products that have launched have very little traction (less than 2000 users per day is considered a complete failure for an app or website).

Despite all this, ICOs touting decentralized blockchains for industry X, enterprise blockchain efforts to optimize Y and even public blockchains for some service Z continue to be touted as the future. Several different arguments generally come up when this discrepancy between promises and results are pointed out.
How can you be sure nothing will come out of blockchain technology other than Bitcoin?

It’s true, it only takes one counterexample to disprove my thesis that blockchain is really only useful for sound money. However, without bastardizing the word blockchain, the essence of what blockchains provide is decentralized, authoritative, expensive to alter data. This is not a surprise as these properties are exactly what you want for sound money like Bitcoin.

Unfortunately, what non-monetary projects generally need, given that it’s software for an industry that’s regulated, changing and growing, is a centralized, upgradeable and scalable system. Each need is made greatly more difficult when combining with a blockchain. In other words, blockchain is the wrong tool for the job.
Even if by some miracle a popular app is created on a blockchain, a centralized equivalent without the extraneous blockchain will be cheaper, faster, more reliable, more maintainable while having the exact same single points of failure as the “decentralized” blockchain-y version. Or put another way, any popular dApp is destined to lose against a centralized competitor on cost, speed, features and scale.
So many people are working on this! Something has to come out of it.

Lots of people working on something doesn’t mean desires magically turn into reality (see: alchemy, cold fusion, flying cars, etc).

That’s even overstating the point. Flying cars are at least possible. What most of these projects are working on are square circles or perpetual motion machines: decentralized services that have centralized control, that is, logical impossibilities.

I can hear my critics now, “Jimmy is against experimentation, entrepreneurship and trying new things!” This is a classic bait and switch tactic. Experimentation is fine to start. Pouring more money into failed experiments is just putting good money after bad. These “blockchain” experiments have a history of being futile and have little basis in reality. They are wastes of capital and human effort and don’t lead to any useful goods or services. All they do is allow charlatans to rent-seek.

Lots of money has gone into it! Someone is going to come up with something!

Certain engineering challenges are simply not a matter of funding, they are a matter of innovation. What’s worse, when a company is handcuffed by being required to use a particularly cumbersome technology like blockchain, there’s even less chance of anything coming out of it. This is the classic error of a solution looking for a problem. And no, more money won’t magically find you a profitable market problem for which a blockchain happens to be the most optimal solution.

Conclusion

“Blockchain, not Bitcoin” is not a new idea. The past five years have produced nothing with this so-called “blockchain” technology and we’re unlikely to see anything in the next five. The only thing that blockchain seems to be good at is promising to fix the biggest problems while delivering very little and consuming tremendous capital.

Blockchain is a solution looking for a problem. Too many people have been taken in by “blockchain” and pretend to see clothes on a naked emperor. The imaginary clothes may seem like perfect solutions to the biggest problems of their industry. Unfortunately, wishful thinking is not reality.

Sorry to be the bearer of bad news, but the emperor has no clothes. Blockchain without Bitcoin is a big nothing burger.

Hiroshima : un prétexte pour étaler ignorance, hypocrisie et fausse compassion par Régis de CASTELNAU

Rubrique : révisionnisme historique.

Le 6 août, date anniversaire du bombardement d’Hiroshima a permis de nouveau d’étaler ignorance, hypocrisie et fausse compassion.

Taper sur les Américains à tout propos en ce moment est facile surtout qu’ils ont Donald Trump comme président. Et il est vrai qu’il y a beaucoup à dire, par exemple alors que la déclassification d’un certain nombre de documents permet de confirmer officiellement qu’il n’y avait aucune raison de lancer la guerre d’agression de Bush contre l’Irak avec les conséquences épouvantables que l’on connaît. Mais là, curieusement personne ne demande la condamnation et la pendaison de ce président criminel et de sa bande. Et chez nous, tous ces néocons qui ont soutenu cette stratégie sont toujours aux manettes.

En revanche sur le bombardement d’Hiroshima, qu’est-ce qu’on n’entend pas !
« Évidemment, cette décision n’a été dictée que par la pure méchanceté. Le Japon ayant déjà capitulé, il ne s’agissait en fait que d’impressionner Staline ». On ne va pas ici rappeler les éléments d’un débat historique qui démontrerait avec un minimum de bonne foi que cette mesure a été l’objet d’une décision prise en fonction d’un bilan coûts avantages, comme le sont TOUTES LES DÉCISIONS PRISES EN TEMPS DE GUERRE. Et qu’elle a permis de mettre fin aux hostilités.

Juste quelques observations :
• allié du nazisme le Japon a imposé au monde une guerre d’extermination qui a globalement fait plus de 60 millions de morts.

• Comme l’Allemagne, le Japon s’est livré sans déclaration à une guerre destinée à la conquête d’un « espace vital ». L’agression de Pearl Harbour était destinée affaiblir les États-Unis pour avoir les mains libres en Asie.

• comme l’Allemagne, le Japon s’est livré à des exactions abominables dans tous les pays conquis et en particulier en Chine. Et là aussi avec le soutien indéfectible de son peuple qui savait tout. Extermination de masse, massacre de prisonniers, utilisation d’armes interdites etc. etc, qui n’avaient rien à envier à celles commises en Europe par l’Allemagne. Il faut d’ailleurs noter que le Japon aujourd’hui refuse toujours de reconnaître ses responsabilités entraînant ainsi de fortes tensions avec les pays victimes de ses forfaits.

Rappelons aussi que le Japon refuse toujours de signer le traité de l'ONU sur l'interdiction de l'arme atomique approuvé le 7 juillet 2017 par 122 pays.

• Les statisticiens de l’armée américaine avaient calculé, après la prise d’Okinawa, qu’une conquête terrestre du Japon coûterait 600 000 tués à l’armée américaine. (Oui oui, en temps de guerre on fait ce genre de calcul avant de lancer une opération).

• Après la catastrophe entraînée par les traités de paix signés après la première guerre mondiale, qui n’avaient pas empêché le retour de la guerre, les Américains considéraient à raison qu’il fallait mener une guerre « juste » et « régler définitivement » le problème. Concernant ce dernier point la capitulation sans condition du Japon était indispensable.
• Aussi terrible soit-il, les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki l’ont permis. Cette décision a été prise évidemment en fonction de nombreux critères et d’abord de l’intérêt des États-Unis dont on rappelle qu’ils avaient fait l’objet d’une agression japonaise et d’une déclaration de guerre de l’Allemagne.
• On rappellera enfin, que les soviétiques travaillaient également sur l’arme atomique, et qu’ils ont pu l’obtenir très rapidement. Et c’est justement cet équilibre, et non pas l’UE comme nous le serinent les imbéciles, qui a assuré par la dissuasion la paix en Europe depuis 70 ans.
• Il faut commémorer le bombardement d’Hiroshima, pour perpétuer le souvenir de quelque chose qui doit nous inciter à dire « plus jamais ça ! » Sans beaucoup d’illusions malheureusement.

La Russie selon les idiots utiles par Gilles CASANOVA

06/08/2018

"Toujours actuel !

On peut ajouter à la liste des méfaits de la Russie selon les idiots utiles, l’invention et la promotion des Gilets jaunes…"

L’Union soviétique avait cette caractéristique d’être un pouvoir organisé non à partir d’une démocratie représentative mais à partir de conseils, en russe « soviets » d’où procédait un système politique appuyé sur un système économique qui avait mis fin à la propriété privée des moyens de production.

Ce système, donc, pouvait avoir comme visée de s’étendre dans le monde et d’imposer son système social, économique et politique au monde entier.

On comprend donc pourquoi un expansionnisme soviétique pouvait être dénoncé en Occident avec l’idée que les « soviets » voulaient s’emparer de l’ensemble de la Terre pour y faire régner leur système à la fois économique et politique.

La guerre froide procédait de cette analyse.

Mais aujourd’hui si nous observons la Russie : économiquement elle est revenue au capitalisme, la propriété privée des moyens de production y est absolument identique à ce qu’elle est dans tout l’Occident.

Si dans le passé on imagine bien qu’une crise politique aurait pu engendrer une révolution communiste en Occident qui aurait étendu l’espace des soviets, comme l’espace d’un système économique et politique, aujourd’hui quelle serait l’objectif des Russes, vendre leur gaz plus cher ?

Ce serait pour cela qu’ils auraient monté et développé l’affaire Alexandre Benalla-Emmanuel Macron ?

C’est pour acheter le Coca-Cola moins cher qu’ils auraient fait élire Trump ?

Pour avoir des réductions sur l’intégrale des Beatles remasterisée, qu’ils auraient imposé le Brexit ?

Je veux bien que ces gens veuillent la guerre, mais quand on veut la guerre à moins d’être un imbécile – comme ces philosophes que le monde nous envie – il faut avoir des buts de guerre.

Pour vouloir la guerre, quelles sont les buts de guerre de la Russie ?

Si nous regardons leur système politique, il est basé sur des élections au suffrage universel, avec scrutin secret, comme c’est le cas dans tous l’Occident.

Si vous me dites que leur système politique est truqué, alors expliquez-moi comment les 36 % de Marine Le Pen font une poignée de députés en France, où le système ne serait pas truqué… un système où lorsqu’on vote non à un référendum, on applique le oui...

Si nous comparons la Russie d’aujourd’hui à l’Union soviétique, elle a perdu 22 des 23 États qui la composaient, et elle a gagné, dans chacun de ces 22 États, de puissantes bases militaires de l’OTAN qui entourent et ceinturent son territoire.

Et on prétend que ces gens là organisent en permanence chez nous des crises et des difficultés ?

Mais qu’est-ce que ça leur rapporte ?

Ils aiment faire le Mal ?

Je vois autre chose : je vois les États-Unis d’Amérique qui nous ont expliqué à la fin du siècle dernier dans un document du Département d’État qui avait malencontreusement fuité sur l’Internet que l’Europe étant la principale puissance commerciale, si elle arrivait à faire une alliance de longue durée avec la Russie qui possède d’immenses richesses naturelles, elle pourrait devenir un concurrent aux États-Unis d’Amérique et leur passer devant en terme de puissance économique.

Et qu’il fallait construire tous les conflits possibles pour empêcher cette alliance.

Là je vois un motif réel et sérieux pour les États-Unis de construire ici et là des crises, les Balkans, l’Ukraine, et d’autres que l’on a pas encore vues, pour s’opposer à ceux qui avaient eu en tête au moment de la chute du Mur de Berlin de construire une « Maison commune européenne » avec la Russie.

Mais maintenant à force d’agressions et de sanctions contre la Russie, celle-ci se tourne vers la Chine, système tellement démocratique que nous encensons chaque jour.

Cette même Chine qui est un danger bien plus grand que l’Europe pour les États-Unis.

C’est ce qui explique pourquoi le très habile Donald Trump – qui en plus joue au fou pour abuser les Européens qui sont retombés dans le culte de l’apparence comme au XIXe siècle – ce Donald Trump a envie de recoudre les choses avec la Russie, parce qu’il a compris que le danger principal pour les États-Unis d’Amérique c’est la Chine et pas l’Europe, et qu’il vaut encore mieux que la Russie se rapproche de l’Europe que la Chine.

Pour l’instant ce qu’il essaye de faire c’est de la rapprocher des États-Unis sans la rapprocher de l’Europe, ce qui n’est pas très facile...

En attendant, allons-nous continuer à braire comme des ânes que la Russie organise tous nos malheurs ?

Le Brexit, les élections, les scandales ?

Mais qu’on m’explique son intérêt ?

À part bien sur cette explication obscurantiste : « c’est l’empire du Mal ! ».

Joyeux réveil ou l'effondrement d'une civilisation.

Texte anonyme (pour l'instant) trouvé sur le Web :

"Je suis assez atterré des réactions que je lis ici ou là sur les Gilets jaunes. Il me semble que la plupart de ceux qui s'insurgent contre ce mouvement n'ont pas saisi qu'il constitue une pâle répétition de ce qui se prépare demain : il ne s'agit pas ici d'une prédiction illuminée ou d'un souhait, mais d'une réalité inévitable.

Nous vivons sous le joug d'un capitalisme totalitaire. Ce n'est pas une opinion : c'est un fait. Il n'existe plus aucune alternative à ce système. Son application est universelle, il a éradiqué toutes les autres doctrines économiques adoptées par les pouvoirs en place, s'est libéré de tout frein et affranchi des lois universelles qui sont au cœur même du pacte humain, dont la plus élémentaire pour soutenir un système : un minimum d'égalité.

Parmi les conséquences de ce totalitarisme d'une extrême violence (nul doute que l'histoire fera un jour le décompte des mort du capitalisme comme elle a fait l'inventaire du communisme ou d'autres dictatures), deux retiennent particulièrement l'attention : l'état de la planète, terre de pillage devenue poubelle, et le gouffre des inégalités, devenu insoutenable.

Tôt ou tard, ces deux phénomènes sont appelés à se rencontrer. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la NASA (l'étude a été largement commentée à sa sortie). Cette rencontre va provoquer des bouleversements irréversibles, que l'on peut résumer en ces mots : l'effondrement de notre civilisation.

Nous ne pourrions y échapper qu'à condition d'appliquer deux mesures : la réduction drastique de notre consommation d'énergie et une meilleure redistribution des richesses. Les économistes le savent, les scientifiques le confirment, les penseurs le théorisent depuis maintenant plusieurs décennies.

Seulement voilà : ces deux mesures s'opposent à la nature même du capitalisme tel qu'il est appliqué aujourd'hui.

Les conséquences, donc, sont inévitables. Et, s'il est bon de le rappeler, c'est parce que lorsque je lis les réactions, partout, sur ce qui est en train de se passer, je réalise que les gens vivent dans une réalité parallèle, dans l'inconscience absolue de l'état du monde...

Alors chers amis, qui regardez de haut les "beaufs" casser des vitrines de luxe ou renverser des Porsche, et se faire casser à leur tour par une police toujours plus violente pour défendre ce capitalisme devenu dictature, sachez que je vous regarde, moi, avec l'incompréhension, la compassion, et la terreur, que l'on réserve aux membres d'une secte juste avant leur suicide collectif.
Vous avez été embrigadés, diorisés, hanounaÏsés... au point de vous moquer de ceux qui défendent l'avenir de vos gosses.

Et, dans le processus, vous avez oublié ceci : nous vivons dans une dictature - oui j'ai pesé le mot - capitaliste. Tous les pouvoirs du monde sont mobilisés aujourd'hui contre nous, Humains, pour la défense, la perpétuation et l'accélération de ce système. Comme tout système totalitaire, calotte glacière ou pas, il est appelé à s'effondrer, à être renversé, éradiqué, jugé et condamné. Et ce que vous voyez avec les Gilets jaunes n'est que le pâle embryon de ce qui est en train de se préparer.

Joyeux réveil."

Islam radical: quel combat ?

Mon article
Islam radical: quel combat ?

Les pourfendeurs de l’Islam radical font les mêmes erreurs que les socio-démocrates allemands qui tournaient en ridicule Hitler ou conspuaient les actions violentes des SA, sans prendre le temps de réfléchir comme le souhaitait l’auteur du "Viol des Foules" Tchakhotine, à ce qui faisait le succès de la propagande nazie.

Présenter l’Islam radical comme la propagande social-démocrate et communiste dépeignait le nazisme serait une erreur fatale. Comme l’écrivait George Orwell avant la guerre : « « Le fascisme n’est qu’une atrocité absurde, une aberration, un « sadisme de masse », le genre de choses qui pourraient se produire si l’on ouvrait les portes de l’asile à une horde de fous homicides. Présentez le fascisme sous ce jour, et vous arriverez à mobiliser, un certain temps tout au moins, l’opinion publique contre lui sans susciter pour autant le moindre mouvement révolutionnaire. » (1)

Il s’agit aujourd’hui moins d’un combat révolutionnaire que d’une résistance à ce que j’appellerai la séduction totalitaire.
On a oublié quelle fut la séduction du totalitarisme auprès de masses déboussolées, vaincues, en quête de sens et de dignité. On a oublié ces foules sincèrement enthousiastes, mobilisées avec ferveur pour des chefs charismatiques comme Hitler, Staline, Lénine, Mao…
On a oublié à quel point le besoin de dignité pouvait être satisfait par l’honneur d’être un prolétaire soviétique, un fasciste défilant en chemise noire, un garde rouge de la révolution culturelle, un aryen de race pure, un musulman d’une Oumma en passe de venger les humiliations infligées par les ennemis de l’Islam…
On a oublié la force du sentiment de victimisation qui fait voir le Mal en dehors de son propre groupe. Le journal nazi der Völkischer Beobachter écrivait en 1933 que les juifs étaient un peuple génocidaire (Völkermassmörder) et qu’il fallait agir avant qu’ils n’exterminent le peuple allemand. C’est ce que disaient également les Hutus des Tutsis qu’ils s’apprêtaient à massacrer.
On a oublié la séduction du totalitarisme qui, au moins à ses débuts, crée un élan collectif et adoucit souvent les injustices sociales, au prix de la fabrication de boucs émissaires.

La séduction totalitaire est toujours présente chez l’être humain, en particulier dans les périodes d’incertitude et de chaos, où la société se transforme trop rapidement sans que les individus soient préparés à affronter ces changements brutaux.
D’un autre côté, il faut bien voir que la détestation de l’Occident et du libéralisme, point commun à tous ces mouvements totalitaires du passé et du présent, repose sur des réalités incontestables. Et je ne parle pas seulement des inégalités sociales, de l’argent-roi ou du vide spirituel.

Ma longue expérience dans les banlieues françaises m’a montré comment la nouvelle religiosité de beaucoup de nos concitoyens musulmans et à la suite les propagandes antisémites et anti-républicaines de l’Islam radical ont réussi peu à peu à remplir le vide laissé par l’incapacité de nos institutions républicaines à faire face au changement de civilisation apporté par l’immigration de masse (mais pas seulement bien sûr) et aux crises multiples de la société contemporaine.

On ne pourra pas lutter contre ces nouvelles formes de totalitarisme qu’en examinant les responsabilités de nos institutions sociales et politiques qui n’ont pas su donner du sens et accompagner les individus désarçonnés, troublés et démunis. Pendant des années, j’ai le sentiment d’avoir crié dans le désert, en prédisant les dangers à venir et en proposant des outils d’intervention. Les banlieues ont été victimes d’idéologies contradictoires et antagonistes qui ont empêché la prise en compte de la complexité de ces villes où s’étaient rassemblées par la force des choses et les choix politiques des populations qui devaient vivre ensemble. (2)

Comment lutter alors contre le totalitarisme, tel qu’il se présente sous ses formes les plus assumées en Orient et les plus masquées en Occident, ce totalitarisme qui, comme toujours, nous propose de créer une société parfaite qui éliminerait définitivement les fauteurs du Mal, coupables de tous les maux de l’humanité.
Cette lutte est nécessaire, car on ne peut établir une équivalence entre une société capitaliste, « ses horreurs économiques », et ses injustices, sa folie de consommation et de divertissement et une société totalitaire dans laquelle il n’y aurait aucun espace de liberté, aucune possibilité de débats contradictoires.

La guerre est-elle inévitable ? George Orwell – encore lui – après avoir participé à la guerre civile espagnole – écrivait ces mots terribles :
« Le seul choix qui s’offre apparemment à nous, c’est de réduire en poussière les maisons, faire éclater les entrailles des hommes et déchiqueter des corps d’enfants avec des explosifs, ou bien de nous laisser réduire en esclavage par des gens à qui ce genre d’activité répugne moins qu’à nous. Jusqu’ici, personne n’a proposé de solution pratique pour échapper à ce dilemme. » (3)
Encore une fois, on ne peut se contenter de condamner ce nouveau totalitarisme en cherchant à démontrer ses absurdités et ses incohérences. On ne peut se contenter non plus de se préparer à lui faire une guerre, dont de toutes façons, l’issue est incertaine. On doit regarder de très près de quoi est faite la séduction totalitaire, comprendre les aspirations légitimes auxquelles elle apporte une réponse et se mettre au travail pour réparer du mieux possible une société démocratique, trop faible peut-être aujourd’hui pour résister efficacement.

Charles Rojzman

(1) George Orwell : essais, articles, lettres, volume I, trad.fr. editions Ivrea 1995 p .436
(2) Charles Rojzman : Savoir vivre ensemble, La Découverte Poche 2001
(3) George Orwell : essais, articles, lettres, volume I, trad.fr. editions Ivrea 1995 p .374