La Russie selon les idiots utiles par Gilles CASANOVA

06/08/2018

"Toujours actuel !

On peut ajouter à la liste des méfaits de la Russie selon les idiots utiles, l’invention et la promotion des Gilets jaunes…"

L’Union soviétique avait cette caractéristique d’être un pouvoir organisé non à partir d’une démocratie représentative mais à partir de conseils, en russe « soviets » d’où procédait un système politique appuyé sur un système économique qui avait mis fin à la propriété privée des moyens de production.

Ce système, donc, pouvait avoir comme visée de s’étendre dans le monde et d’imposer son système social, économique et politique au monde entier.

On comprend donc pourquoi un expansionnisme soviétique pouvait être dénoncé en Occident avec l’idée que les « soviets » voulaient s’emparer de l’ensemble de la Terre pour y faire régner leur système à la fois économique et politique.

La guerre froide procédait de cette analyse.

Mais aujourd’hui si nous observons la Russie : économiquement elle est revenue au capitalisme, la propriété privée des moyens de production y est absolument identique à ce qu’elle est dans tout l’Occident.

Si dans le passé on imagine bien qu’une crise politique aurait pu engendrer une révolution communiste en Occident qui aurait étendu l’espace des soviets, comme l’espace d’un système économique et politique, aujourd’hui quelle serait l’objectif des Russes, vendre leur gaz plus cher ?

Ce serait pour cela qu’ils auraient monté et développé l’affaire Alexandre Benalla-Emmanuel Macron ?

C’est pour acheter le Coca-Cola moins cher qu’ils auraient fait élire Trump ?

Pour avoir des réductions sur l’intégrale des Beatles remasterisée, qu’ils auraient imposé le Brexit ?

Je veux bien que ces gens veuillent la guerre, mais quand on veut la guerre à moins d’être un imbécile – comme ces philosophes que le monde nous envie – il faut avoir des buts de guerre.

Pour vouloir la guerre, quelles sont les buts de guerre de la Russie ?

Si nous regardons leur système politique, il est basé sur des élections au suffrage universel, avec scrutin secret, comme c’est le cas dans tous l’Occident.

Si vous me dites que leur système politique est truqué, alors expliquez-moi comment les 36 % de Marine Le Pen font une poignée de députés en France, où le système ne serait pas truqué… un système où lorsqu’on vote non à un référendum, on applique le oui...

Si nous comparons la Russie d’aujourd’hui à l’Union soviétique, elle a perdu 22 des 23 États qui la composaient, et elle a gagné, dans chacun de ces 22 États, de puissantes bases militaires de l’OTAN qui entourent et ceinturent son territoire.

Et on prétend que ces gens là organisent en permanence chez nous des crises et des difficultés ?

Mais qu’est-ce que ça leur rapporte ?

Ils aiment faire le Mal ?

Je vois autre chose : je vois les États-Unis d’Amérique qui nous ont expliqué à la fin du siècle dernier dans un document du Département d’État qui avait malencontreusement fuité sur l’Internet que l’Europe étant la principale puissance commerciale, si elle arrivait à faire une alliance de longue durée avec la Russie qui possède d’immenses richesses naturelles, elle pourrait devenir un concurrent aux États-Unis d’Amérique et leur passer devant en terme de puissance économique.

Et qu’il fallait construire tous les conflits possibles pour empêcher cette alliance.

Là je vois un motif réel et sérieux pour les États-Unis de construire ici et là des crises, les Balkans, l’Ukraine, et d’autres que l’on a pas encore vues, pour s’opposer à ceux qui avaient eu en tête au moment de la chute du Mur de Berlin de construire une « Maison commune européenne » avec la Russie.

Mais maintenant à force d’agressions et de sanctions contre la Russie, celle-ci se tourne vers la Chine, système tellement démocratique que nous encensons chaque jour.

Cette même Chine qui est un danger bien plus grand que l’Europe pour les États-Unis.

C’est ce qui explique pourquoi le très habile Donald Trump – qui en plus joue au fou pour abuser les Européens qui sont retombés dans le culte de l’apparence comme au XIXe siècle – ce Donald Trump a envie de recoudre les choses avec la Russie, parce qu’il a compris que le danger principal pour les États-Unis d’Amérique c’est la Chine et pas l’Europe, et qu’il vaut encore mieux que la Russie se rapproche de l’Europe que la Chine.

Pour l’instant ce qu’il essaye de faire c’est de la rapprocher des États-Unis sans la rapprocher de l’Europe, ce qui n’est pas très facile...

En attendant, allons-nous continuer à braire comme des ânes que la Russie organise tous nos malheurs ?

Le Brexit, les élections, les scandales ?

Mais qu’on m’explique son intérêt ?

À part bien sur cette explication obscurantiste : « c’est l’empire du Mal ! ».


More from kɔ̃.tɑ̃.pla.sjɔ̃ / Lire et délire, à tort, à travers, dans tous les sens !