Journal d'un homme qui change. Je combats mon addiction contre la masturbation. #100Days
890 words

5-6-7-8

J'ai craqué aujourd'hui. Après avoir passé un weekend soft j'ai eu envie ce soir. Après une semaine où j'ai réussi à me retenir.

Je suis un peu dégouté mais d'un autre côté, je suis fier d'avoir fait cette première semaine où j'ai dépassé mes limites.

On remet le compteur à 0 et on recommence.

4

Après ma séance de sport de ce soir, je me suis assis sur le canapé et ma main est allée dans mon jogging. Je n'ai pas pu resister à la tentation. Je me suis touché et j'ai regardé un porno. Je n'ai pas été jusqu'à l'orgasme mais je me sens mal de l'avoir fait.

Cela ne peut que redoubler mon envie de continuer. Il faut que je reste actif le plus possible. Quand je finis une tâche, il faut que j'en retrouve une.

C'est maintenant que tout se joue. Les prochains jours vont être très difficiles mais je vais résister.

3

Une meilleure énergie. C'est le bénéfice du jour. J'ai une certaine envie à vouloir faire des tâches productives. Ça fait du bien.

Mes idées sont plus claires, l'esprit est moins embrouillé.

Côté sexuel, l'erection vient plus facilement et j'ai envie.

2

J'ai cette nouvelle habitude, depuis une ou deux semaines, qui est de faire du sport le matin. Je n'ai jamais réussi à trouver le temps ou la motivation pour pratiquer le soir alors, plutôt que de repousser les séances à un éternel lendemain, je me suis aménagé ce nouveau créneau. Cela dur 30 minutes environ. Je fais ça avant mon petit-déjeuner.

Pendant la séance de ce matin, j'ai senti une meilleure énergie. Tout me paraissait facile. Non pas que la séance devait forcément être dûr mais je me suis senti bien, j'avais envie d'aller au bout et de bien faire.

Sur le reste de la journée, par contre, chose étonnante : un silence. Je ne comprenais pas mon état d'esprit. J'étais angoissé mais je ne savais pas pourquoi. Une envie de pleurer est même à midi.

Fatigue ? Peut-être.

Surchage de travail ? Je ne crois, même si ça se pourrait que je ne le ressente pas sur le moment mais que cela soit une accumulation des dernières semaines.

Une charge mentale importante ? Oui, ça peut être ça. Coucher mes idées et mes pensées sur papier peut être une solution.

Manque de branlette ? Après seulement deux jours, ça m'étonnerait !

Chose étonnante ce soir : j'ai ressenti cette chaleur dans le bas-ventre. Cela fait quelque temps que je n'avais pas senti ça.

1

À l'occasion de ce premier jour, j'ai envie de m'intéresser à mes débuts.

Je pense que j'ai découvert l'acte lorsque j'étais encore prépubère (je vous ai dit que ce journal serait intime ?). C'est lorsque je suis devenu pubère que je me suis assez rapidement tourné vers le porno. Quand on a les hormones qui explosent, les fantasmes ont leurs limites.

A cette époque, je n'étais pas vraiment un modèle de charisme et encore moins, celui d'un Apollon : j'avais un acné sévère sur le visage et dans le dos. Même si le plus gros est passé, j'en ai encore un peu et quelques cicatrices seront toujours là pour me rappeler cette époque tout au long de ma vie.

Même si de souvenir, je ne pense pas avoir reçu beaucoup de moqueries à ce sujet, je me suis replié sur moi-même par instinct. L'envie de déranger le moins possible, de faire en sorte qu'on ne me remarque pas. Invisible. Rien qu'en écrivant ces lignes, je ressens unn poids dans le milieu du ventre.

Etant invisible, il m'était alors difficile d'aborder une fille. C'était bien trop inatteignable pour moi. La seule solution pour satisfaire mes pulsions sexuelles était alors de recourir à la masturbation.

J'ai depuis toujours suivi un rythme de 6-7 par semaine. Résultat, une perte de plaisir, une fatigue chronique, une perte de confiance en moi, un manque de motivation et de persévérance.

J'aimerais insister sur le manque de persévérance. Je ressens cela dans des domaines différents les uns des autres comme ceux de mes projets personnels dans lesquels je peux me lancer et dans des relations amoureuses. Cet arrêt net de la masturbation sera difficile dans les jours prochains mais je pense que c'est la clé qui me permettra de faire toutes les choses que je n'ai jamais pu finir.

0

Je suis un homme de tout juste 25 ans et je suis accro à la masturbation. La dernière date de ce matin.

Je décide de commencer ce journal car je suis épuisé. Cette addiction me détruit mentalement et physiquement.

A plusieurs repises, j'ai tenu des périodes d'abstinence. 1-2 semaines tout au plus. Ces périodes me font beaucoup de bien. Malheureusement, l'envie de succomber me rattrape.

Ce journal a pour but de vaincre.

A l'heure où j'écris ces lignes, j'ai du mal à tenir mes engagements envers moi-même et à soutenir un regard face à une femme lors d'un "eye-contact". J'ai un énorme manque de motivation et je ne me sens pas bien tant mentalement que physiquement. J'ai une fatigue chronique et un manque de confiance en moi constant.

Je stoppe donc net cette addiction à partir de maintenant pour une période indéterminée. Je souhaite en parler au travers de ce journal pour briser un tabou car je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas.

Love. Peace.