J'aime bien jardiner 🌻
3939 words

Etendons joyeusement du fumier 💩

Ce lundi était le premier jour de mon "activité partielle à 0 %". Comme cette situation devrait durer ~2 mois, je vais me former sur mon métier mais aussi en profiter pour mieux préparer mon jardin que l'année dernière, entre autres projets.

Donc j'ai étalé du caca de cheval ! L'année dernière à l'automne j'avais acheté mes plants de framboisiers et groseilliers, avec un plant de Rosa rugosa dont les fruits sont comestibles, et un plant de millepertuis pour ses jolies fleurs jaunes ayant aussi des propriétés médicinales (comme en fait je suis un peu jamais malade, je pense qu'il sera surtout là pour ses fleurs). Et à cette époque-là, j'avais :

  1. une seule hâte : que l'automne et l'hiver passent, qu'on arrive au printemps, que ça pousse et que j'aie des fruits.
  2. absolument pas suivi les instructions de la petite plaquette accompagnant les plants, qui préconisaient de mélanger du compost à la terre du jardin dans le trou de plantation. Je voulais suivre la logique d'une vidéo sur la permaculture qui recommandait plutôt de mettre le compost à la surface, pour que la pluie emmène les nutriments au niveau des racines, plutôt qu'elle ne les lessive rapidement encore plus bas. Aujourd'hui, je comprends cette logique, mais entre-temps j'ai appris que, dans un sol argileux, il était vraiment intéressant de mettre du compost dans le trou de plantation pour améliorer la structure du sol. Donc j'aurais dû suivre la petite plaquette.

Cette année, j'ai vu que les plants avaient effectivement donné, mais si je veux PLUS de fruits : donc du fumier pas encore complètement composté autour, et du broyat par dessus pour protéger, mais sans travailler la terre car je souhaite vraiment m'en tenir à un travail du sol minimal. Je suis curieux de voir ce que ça va donner, mais contrairement à l'année dernière je suis content d'avoir encore plusieurs mois pour :

🍂 partir à la recherche de feuilles mortes pour protéger la zone de culture principale sur laquelle j'ai aussi étendu du fumier ;
🌱 semer des engrais verts (donc désherber auparavant) aux endroits où je souhaite étendre la zone de culture principale, et aux pieds de certaines haies pour tenter de cultiver davantage de fraisiers l'année prochaine ;
📖 bien me pencher sur ce que j'ai envie de cultiver par rapport à ce que j'ai envie de manger (donc pas des piments, déjà) ;
🤔 préparer mes actions mois par mois pour pouvoir peut-être enchaîner les plantations, avec des cultures d'automne une fois la récolte d'été effectuée (je tenterais bien des courges comme les potimarrons, la courge bleue...)

On étend du BRF en prévision des chaleurs de l'année prochaine

Il y a quelques jours, j'ai étendu du BRF (du bois broyé) au pied de mes lavandes, thym, romarin et buis (en retirant au passage deux petits plants de lavande aux extrémités de la bande qui n'ont jamais vraiment poussé, pour faire de la place aux autres cultures). Les sites Internet déconseillent de trop pailler au pied de ce type de plantes issues de régions sèches, mais l'année dernière j'avais répandu une bonne couche de feuilles mortes autour d'elles (en planquant des épluchures en dessous parce que je n'avais pas encore de composteur) et les plantes ont bien poussé.

De son côté, mon beau-frère qui habite du côté de Tours a des plants de sauge et de romarin devenus assez monstrueux alors qu'ils étaient entourés d'une épaisse couche de BRF frais.

Je vais rester attentif à la pousse de ces plantes, mais je crains qu'avec le réchauffement climatique, les conseils de ce style soient à prendre avec beaucoup de pincettes. En effet, cette année on a eu un printemps chaud et sec, un été très chaud et sec et la pluie n'est vraiment arrivée qu'il y a quelques semaines. Du coup j'ai un peu envie de mettre le paquet sur la protection du sol, même autour de plantes plutôt originaires du pourtour méditerranéen.


Aujourd'hui en fin de journée, j'ai aussi étendu du BRF autour des aromatiques vivaces (menthe, verveine et sauge) ainsi que la consoude juste à côté. Consoude que j'ai dû arroser quasiment 2 fois par jour cet été tellement je la retrouvais en PLS à chaque fois que je sortais dans le jardin. Peut-être que mettre une plante de marais en plein soleil n'était pas la meilleure idée qui soit ? 🤔 Je verrai l'année prochaine si je la déplace et où (l'inconvénient d'un jardin orienté plein sud c'est qu'il n'y a pas beaucoup d'endroits à mi-ombre, et juste aux pieds des haies j'ai un peu peur de la concurrence entre les racines).

J'en ai aussi mis autour des fraisiers et de l'oseille (qui a l'air de vivre sa meilleure vie depuis la fin de la période sèche, et est passée en mode "usine à feuilles"). Il faudrait que je me renseigne sur les omelettes végétaliennes pour pouvoir manger quelques unes de ces feuilles régulièrement (mais sans trop abuser à cause de l'acide oxalique qu'elles contiennent).

A la base j'avais juste mis la dose de feuilles mortes sur la planche des aromatiques (avant de les y planter) l'automne dernier et entouré mes fraisiers d'un vieux carton de déménagement avec du compost pas franchement décomposé en dessous, cette fois-ci au printemps. Ca fait plaisir de pouvoir upgrader cette protection du sol avec quelque chose d'un peu plus joli qu'un carton, et de plus durable que des feuilles mortes ! Le BRF devrait en plus empêcher la pousse des herbes sur les bordures, et je prends volontiers tout ce qui peut m'empêcher de passer du temps à désherber.

Comme je n'aurai pas assez de BRF pour couvrir tous les endroits que je souhaite protéger, il faudra quand même que j'aille à nouveau récolter des feuilles mortes dans le quartier dans quelques semaines 🍂


J'ai aussi commencé un calendrier avec une note par mois pour inscrire au fur et à mesure ce qu'il faudra faire, car sinon j'ai très peur d'oublier (comme par exemple l'ail des ours qui devait être semé en juillet et où je m'en suis souvenu en... octobre 😑). Au début du printemps prochain, je sais déjà que je devrais rabattre ma verveine citronnelle et étendre du compost à ses pieds !

J'ai eu du BRF ! :D

Le vendeur, qui s'intéresse aussi à la permaculture, m'a également proposé du fumier de cheval 🐴 vieux de quelques mois, mélangé à de la paille de lin. A 5 € le sac de 50 L, ce serait vraiment très avantageux vu que les sacs du commerce valent plutôt 20-25 €. Le fumier de cheval est également :

  • recommandé pour améliorer la structure des sols argileux, ce qui est le cas du mien : l'analyse d'un échantillon par un laboratoire l'avait classé dans les sols limono-argileux, et à l'usage je trouve que le côté argileux ressort vraiment.
  • riche en potassium et en matère organique, des carences également pointées par l'analyse du laboratoire.

Comme ce fumier ne serait a priori pas encore composté, il vaudrait mieux le répandre à l'automne, c'est-à-dire dans les semaines qui viennent. Le plan des prochaines semaines devient assez clair du coup :

  • étendre le BRF reçu aujourd'hui (note : penser à me procurer une pelle d'occasion en même temps qu'une fourche-bêche - avec juste des gants et une bêche je vais galérer je pense) et voir combien de surface il couvre : qu'est-ce qu'il me reste après en avoir étendu au pied des plantes aromatiques ?
  • commander une quantité de fumier de cheval correspondant aux besoins que j'aurai pour les surfaces restantes ;
  • récolter le plus de feuilles possibles dans les alentours lorsque les arbres les perdront, afin de faire des couches de feuilles mortes au-dessus du fumier, pour que la vie du sol le décompose bien pendant la saison froide.
  • garder quelques m² pour faire pousser des engrais verts et voir la différence.

J'ai hâte :D Trouver un vendeur de broyat était difficile, mais tomber finalement sur quelqu'un (1) de passionné aussi et (2) qui peut me procurer d'autres ressources est super motivant !

2020-10-02 🔥🍵🐈

Cette semaine j'ai l'impression que ça va beaucoup mieux que les précédentes. Malgré le temps perpétuellement pluvieux, qui me donne juste envie d'être dans une cabane en bois près d'un feu de cheminée avec un mug de thé, un bon livre et un chat sur les genoux (#cliché), j'ai beaucoup plus d'énergie que les semaines (ok, les mois) qui ont précédé.

  • Il me reste de l'énergie mentale lorsque je termine ma journée de travail, ce qui aide beaucoup.
  • Utiliser mon vélo fraîchement réparé me permet de passer moins de temps en courses tout en faisant une activité physique : je me sens plus en forme et j'ai littéralement le temps de faire plus de choses pendant ma journée (plutôt que de prendre une pizza à chaque fois car je sais que je n'aurai pas le temps / pas la force de cuisiner quelque chose en rentrant).
  • J'ai repris mon bullet journal et recommencé à faire des listes : ça n'a l'air de rien mais ça m'a permis d'enfin prendre rendez-vous chez une podologue pour résoudre cette douleur aux pieds qui me poursuit depuis un an maintenant. J'ai tout de suite l'impression d'être davantage aux commandes de ma vie, en résumé.
  • La pluie a rendu sa couleur verte au jardin, ce qui m'a également motivé à m'y remettre et à préparer dès maintenant la saison 2021 (essayer de maintenir un jardin en vie après des semaines de sécheresse, c'est juste déprimant à force !)

J'aime être dans cet état d'esprit, mais je me rends compte que je ne l'ai pas été très souvent ces dernières années. De temps en temps j'y arrivais, mais souvent j'ai juste eu l'impression d'essayer de fonctionner malgré la fatigue, et d'oublier que "quasi-zombie" n'est pas mon état normal.

Préparer le sol pour la saison prochaine

🍄 Utiliser des mycorhizes ?

L'épisode 45 du podcast des mache-patates nous parlait des mycorhizes, de leur fonctionnement bien sûr, mais aussi de la possibilité d'en inoculer à ses cultures, notamment au moment de la plantation. Le but est que les racines des plantes qu'on souhaite faire pousser rentrent en symbiose avec le réseau mycélien des champignons et, en quelque sorte, étendent leur surface racinaire, ce qui leur permettrait de pousser davantage.

Ca m'intéresse beaucoup car j'ai certes réussi à faire pousser diverses plantes cette année, mais j'aimerais à présent les voir pousser davantage. Je ne suis pas encore sûr d'en avoir vraiment besoin cependant. En effet, après plusieurs essais infructueux, j'ai enfin trouvé quelqu'un qui vendait et livrait des sacs de BRF sur leboncoin.fr (à base de bois non traité et sans résineux en plus ! 🥰). Je réceptionne 10 sacs de 50 L dans 2 jours, et je suis curieux de voir quelle surface je peux couvrir avec un tel volume.

Et donc le rapport avec les champignons, c'est que le BRF favorise l'apparition de mycorhizes, donc il n'y aura peut-être pas besoin d'en rajouter là où j'aurai étendu du BRF. Je garde quand même la possibilité d'inoculer des mycorhizes dans un coin de ma tête car je ne pourrai sans doute pas couvrir tout le potager avec du BRF.

🌾 Utiliser des engrais verts ?

Cette page déconseille l'utilisation de BRF en automne sur des sols lourds et argileux et recommande plutôt d'en appliquer une fine couche en milieu du printemps. Comme mon sol a tendance à être argileux, je suis tenté d'essayer le BRF à certains endroits et les engrais verts à un autre pour voir ce qu'il se passe. Et ça sera l'occasion de resemer de la ✨phacélie✨. Je suis très fan de cet engrais vert et notamment de ses jolies fleurs bleurs-violettes. Plus qu'à trouver un endroit où en acheter juste assez pour couvrir l'espace dont j'ai besoin ! (en la mélangeant avec d'autres engrais verts quand même, vu qu'il commence à être tard dans la saison pour son semis).

Bilan de la saison 2020

✅ Mes objectifs en 2020

Lorsque j'avais fait du bénévolat dans un jardin associatif, la qualité du sol avait déjà été améliorée les années précédentes, et j'avais dans l'ensemble suivi les plans de quelqu'un d'autre, en bénéficiant du matériel déjà présent et d'un certain budget.

Cette année, d'un côté j'avais enfin mon jardin, sur un bout de terrain dont j'étais propriétaire, d'un autre il y avait tout à faire au niveau fertilité du sol, matériel à acquérir et direction à prendre. Après avoir regardé des heures de vidéo sur la permaculture et lu plusieurs livres sur le sujet, j'avais besoin de juste essayer de faire pousser des trucs et d'apprendre des mes erreurs. Le but était de partir plutôt petit (pas trop de plantes, juste pendant le printemps et l'été), et de voir ce qu'il se passait.

🌱 En général

Le printemps 2020 a été marqué par le confinement suite au COVID-19, ce qui voulait dire que pendant les premières semaines les jardineries étaient fermées. Je pensais pouvoir me procurer des outils et des graines, dont j'avais vraiment besoin (une fourche-bêche notamment) mais en fait j'ai vraiment manqué de matériel et de choses à semer, même si j'ai pu me procurer quelques graines et plants lorsque ceux-ci ont été classés en biens de première nécessité.

Dans l'ensemble j'ai vraiment été trop timide au niveau amendement en début de saison, et en fertilisation par la suite. Mes plants ont poussé, mais comparés à ceux qu'on peut trouver dans des terres plus fertiles, ils sont restés assez petits je trouve. J'aurais dû davantage décompacter la terre là où j'ai semé des fleurs, en plus de rajouter du compost à cet endroit. Dans l'ensemble j'étais sans doute trop en mode "la permaculture, ça pousse tout seul !" (non).

La saison a aussi été très chaude et sèche, pendant le printemps comme l'été. Au début ça allait, mais sur la fin j'avais plus l'impression d'essayer de maintenir mes plants en vie que de les faire réellement pousser, ce qui était déprimant. Les mois qui viennent je vais clairement surveiller les annonces sur le Bon Coin et regarder les prix en jardineries pour investir dans le PAILLAGE en vue de la saison prochaine.

🍓 Buissons et petits fruits

Dans l'ensemble les plants reçus racines nues l'automne dernier se sont bien implantés et ont produit des tiges et des feuilles, mais je pense que j'aurais vraiment dû mettre du compost dans le trou de plantation pour améliorer la structure du sol (assez argileux), et au niveau du sol pour aider à la pousse tout au long de la saison.

  • Les groseilliers à maquereaux ont donné des tiges et des feuilles mais aucun fruit !
  • Les framboisiers ont bien poussé, à part un qui est mort rapidement en début de saison, et où je me rends compte que je m'y suis pris trop tard pour le bouturage - je rachèterai peut-être un plant dans quelques semaine pour le mettre à la place du précédent. J'ai eu plusieurs framboises
  • Le rosier rugosa a également bien poussé mais s'est fait dévorer ses feuilles sur la dernière partie de la saison, il faut que je voie comment repousser ces attaques.
  • Le millepertuis a poussé mais je trouve qu'il a un peu mauvaise mine. Comme tous ces buissons sont au pied de haies leur faisant potentiellement pas mal de concurrence au niveau des racines, je pense qu'il lui faudrait aussi plus de paillage et d'amendement.
  • J'ai planté mes fraisiers près du composteur, en me demandant si je n'avais pas commis une énorme erreur car cela les laissait à l'ombre pendant une bonne partie de la matinée. Etant donné l'été très chaud et sec qu'on a eu (situation qui est amenée à se répéter), je pense que c'était finalement une bonne idée, cela leur a éviter de cramer sur place.

🌿 Aromatiques

Suivant les plantes, certaines ont plus ou moins bien supporté la chaleur de l'été, et je les ai plantées trop serrées je pense. Je ne replanterai pas à la place des annuelles qui décéderont cet hiver !

  • La sauge ananas que j'avais mise en terre en pensant qu'elle se plairait mieux qu'en pot a vraiment souffert de la chaleur et est décédée. Dommage, j'aimais bien sentir son parfum et regarder ses jolies fleurs rouges.
  • La sauge officinale s'en est par contre bien sortie ! J'espère qu'elle va grossir l'année prochaine (note à moi-même : essayer plus de recettes qui font intervenir la sauge).
  • Le romarin n'est pas mort mais ne s'est pas étendu, je pense couper la petite lavande à côté de lui pour lui faire plus de place (j'ai déjà bien assez de lavandes avec les plants gigantesques à côté de lui). J'aimerais bien qu'il pousse, car avec le thym et la menthe, c'est mon choix par défaut pour les infusions (sans oublier les recettes de sauce tomate etc.)
  • Le thym a l'air de bien se porter.
  • La menthe en pot, qui avait eu une croissance pas franchement impressionnante l'année dernière, a eu l'air d'apprécier les quelques fertilisations à l'urine cette année. La menthe en pleine terre a perdu la majorité de ses feuilles au moment de la floraison (et a peut-être morflé un peu du fait de la chaleur ?). Je viens de les rabattre à ~10 cm. Je m'en suis pas mal servi pour customiser mes infusions de maté, ces plantes ne sont pas prêtes de quitter le jardin.
  • Les verveines hollywood et officinale ont poussé, mais je me rends compte que je ne les ai pas spécialement utilisées en cuisine ou dans des tisanes, du coup je me pose un peu la question de leur présence dans le jardin.
  • Les petit et grand basilics ont poussé, mais leurs feuilles sont devenues sensiblement plus brillantes et rigides quelques jours après les voir mis en pleine terre. Comme je m'en suis pas mal servi pour customiser des pizzas ou des plats avec sauce tomate, j'en replanterai l'année prochaine, mais clairement pas en plein soleil.
  • Echec total des semis de ciboulette par contre, je ne sais pas trop pourquoi (en fait si : je n'étais pas spécialement investi dans leur croissance et j'aurais dû laisser les pots à l'intérieur).
  • L'estragon a poussé aussi mais là encore je ne m'en sers jamais, donc pas sûr de lui laisser de la place à la saison prochaine.

🍆 Potager

Je n'avais pas du tout préparé le terrain l'automne dernier ! La partie que j'avais recouverte de feuilles mortes pour désherber naturellement et protéger le sol, à côté des lavandes, a finalement accueilli les aromatiques. Et les courgettes prenaient beaucoup trop de place par rapport à celle que j'avais prévue à cet endroit. Du coup j'ai bricolé une planche de culture au dernier moment en recouvrant quelques m² de carton, avec un peu de compost pas mûr en dessous.

Je pense que les plantes potagères sont cells qui ont le plus manqué d'amendement et de fertilisation. Elles ont poussé et produit, mais elles auraient pu grossir bien davantage si je les avais mieux cultivées. J'ai quand même rajouté du fumier pendant la saison et un peu de fertilisation à l'urine, mais c'était certainement trop peu vu que j'avais choisi des plantes plutôt gourmandes (courges, melons, tomates...).

  • Les fèves ont poussé sur une partie de la planche finalement dédiée aux aromatiques. Elles ont produit, mais je pense qu'elles auraient pu pousser davantage si elles n'étaient pas aussi proches des lavandes, dont les nouvelles tiges ont pris beaucoup plus de place que prévu ! Beaucoup d'attaques de pucerons noirs sur la fin aussi (un ennemi classique apparemment).
  • Les plants de piment de Cayenne que j'avais acheté un peu sur un coup de tête ont été très productifs ! C'est dommage que je ne mange pas spécialement pimenté, du coup je n'en ai pas vraiment l'utilité.
  • Les courgettes ont eu un départ difficile. Je pensais que passer les semis de l'intérieur (où ils étaient derrière une fenêtre plein sud) à l'extérieur directement ne poserait pas de souci, mais les pauvres plants ont eu l'air de cramer au soleil. Ils ont cependant développé des feuilles visiblement plus résistantes, puis d'autres, puis des fleurs et des fruits. Difficile de savoir quand récolter les courgettes, autrement. Je savais qu'il ne fallait pas trop les laisser pousser, mais ça ne me dit pas à quel moment les récolter (surtout qu'elles grossissent vite). Le plant qui a le plus poussé a atteint sans problème le m² de surface mentionné sur le paquet de graines par contre ! J'avais globalement respecté les distances préconisées entre deux plants, mais j'ai été surpris de voir à quel point un plat de courgettes pouvait prendre de la place !
  • Le melon a un peu poussé, mais a eu les mêmes difficultés que les courgettes. J'en ai quand même récolté deux. Les barquettes que j'avais achetées pour y mettre les semis n'étaient pas adaptées, par contre, j'aurais dû prendre des petits pots un peu plus profonds.
  • Les semis de tomates ont poussé, mais je les ai laissés des semaines dans leur barquette, et une fois mis en terre bien trop tard, la plupart n'ont pas vraiment poussé. Le seul qui a semblé légèrement s'épanouir a manqué de soins par contre, car il avait beaucoup plus besoin d'eau que les plantes qui étaient là depuis plus longtemps et j'avais tendance à l'oublier régulièrement.
  • Les pommes de terre plantées un peu à l'arrache ont un peu donné ! Je réessaierai, mais avec plus de soin.
  • La roquette plantée à côté des fèves et de la lavande n'a pas dépassé le stade de la plantule : j'aurais dû semer beaucoup moins dense, éclaircir beaucoup plus rapidement et arroser beaucoup plus. Je retenterai en 2021 !

🌼 Plantes diverses

  • Les semis de fleurs ont très peu fonctionné dans l'ensemble : terre pas assez travaillée à la base, arrosages trop faibles... C'est en voyant la phacélie galérer à pousser (alors qu'elle n'avait aucun souci sur le jardin communautaire où j'avais fait du bénévolat avant) que j'ai compris à quel point ma terre n'était pas du tout de la même qualité que celle sur laquelle j'avais cultivé auparavant, et qu'il fallat que je prenne plus au sérieux le décompactage et la fertilisation.
  • L'oseille a pris la place d'un fraisier mort très rapidement et a l'air de se plaire, elle a bien poussé ces derniers jours avec toute la pluie. Je devrais essayer de l'utiliser plus souvent en cuisine, maintenant qu'elle produit beaucoup de feuilles.
  • J'ai des plantains qui ont poussé tout seuls, mais je crains qu'ils aient aussi souffert de la sécheresse.

✅ Objectifs pour la saison 2021

  • Avoir davantage d'amendement au début de la saison.
  • Avoir du paillage déjà sur place au cas où le printemps serait aussi sec que celui qu'on a eu (notamment au niveau des plantes vivaces).
  • Me renseigner davantage sur la fertilisation à l'urine et acquérir de quoi la stocker entre deux utilisations.
  • Bricoler des oyas et les enterrer pour éviter d'avoir à arroser tout le temps (et parce que les oyas neufs sont chers).
  • Tester les engrais verts (phacélie) cet automne sur d'autres planches que le paillage, pour voir la différence.
  • Continuer d'alpaguer le service qui vient tondre le gazon de la résidence pour leur demander leur tonte afin de l'étendre ou de la mêler au compost.

Présentation

Bonjour !
Je suis propriétaire d'un petit jardin de 80 m² en région parisienne, que j'essaie de faire passer de "gazon entouré de quelques haies" à "potager bien productif" en suivant des techniques de culture écologiques. Je posterai ici comment ça avance.